Manifestation « Aar Li Nu Bokk » à l’assaut de Guédiawaye

Le mouvement « Aar Li Nu Bokk », qui regroupe la société civile et des partis politiques de l’opposition, a décidé de déplacer sa manifestations du week-end prochain à Guédiawaye, ville dirigée par Aliou Sall, impliqué dans le scandale Petro-Tim. «La bataille aura lieu. La victoire de Guédiawaye aura lieu. Nous vous donnons rendez-vous ce samedi dans la banlieue, à Guédiawaye», déclare Cheikh Tidiane Dièye, le Coordonnateur du mouvement, qui s’exprimait ce samedi, lors du troisième rassemblement du mouvement sur les allées du Centenaire.

Malgré une mobilisation relativement faible lors de la dernière manifestation à l’allée Centenaire, Cheikh Tidiane Dièye affirme que la prochaine manifestation drainera plus de monde. «Personne ne vous a convoyé à bord de cars, parce que nous sommes un peuple digne et debout. Sénégalais debout et dignes, le Sénégal ne sera pas un pays où le président ignore combien de barils de pétrole sont produits dans son pays », dit-il.

A en en croire Ousmane Sonko, l’ancien Président Abdoulaye Wade avait cassé le contrat qui liait Hydro Québec à l’Etat du Sénégal. «Macky Sall doit renégocier les contrats, il a le pouvoir parce qu’il a cassé et renégocier le contrat de la construction de l’aéroport de Diass parce qu’il pensait que des gens du Pds avaient des intérêts. Donc, il peut le faire. Nous allons continuer la mobilisation jusqu’à ce qu’il les renégocie», affirme-t-il.

«Nous ne sommes plus des enfants et personne ne peut tromper tout un peuple. Nous sommes déterminés à récupérer nos ressources», martèle Barthélémy Dias.

Guy Marius Sagna, Coordonnateur du mouvement France dégage, reclame lui la transparence dans cette affaire. «Ceux qui disent que le débat sur les ressources naturelles est technique, veulent juste tromper le peuple. Ce débat concerne tous les citoyens, c’est aussi un débat sur les phosphates, le gaz et le zircon. Car, si toutes ces ressources étaient bien gérées, nous aurions des hôpitaux, des universités, etc.», dit-il.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *