Jeudi Noir N°72 : De ce qui se joue au niveau mondial pour sauver l’Afrique

TOUBA à l’honneur en mémoire du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba MBACKE. L’occasion de rappeler son oeuvre, ses messages et son modèle de société africaine. Il est évident qu’au delà des aspects religieux, la culture mouride exhorte à des valeurs essentielles pour une prise de conscience africaine surtout en ces moments charnières de l’histoire de l’Afrique. Celle ci doit impérativement se réveiller au risque de disparaître dans les prochaines décennies. Je ne parle pas d’une disparition physique bien sûr mais plutôt de celle de ses habitants avec leurs traditions.

Il y a quelques jours je terminais la lecture de l’ouvrage de Jean-Hervé LORENZI « Un monde de violences » (ed. Eyrolles). Au long des 222 pages il démontre comment la dérégulation de la finance a amené les crises dont celle de 2009 et anticipe des crises plus violentes d’ici 2030. Il explique que le vieillissement de l’occident posera de nombreux nouveaux problèmes dont le renouvellement de sa populations et la propension à la rente plutôt qu’à l’investissement. Cette dernière tendance renforcera la logique des marchés boursiers et leur course effrénée vers les titrisations de toutes sortes comme les LBO (système permettant d’acheter a crédit une société et de la mettre sur le marché des capitaux pour dégager des dividendes par le truchement du cours de l’action, le tout sans y mettre un traitre sou). Mais ce qui m’a étonné dans cet essai est que malgré la pertinence de l’analyse il n’évoque l’Afrique que sur deux pages pour trouver des solutions : aider à rajeunir la population européenne en developpant éventuellement l’immigration sur la base de l’éducation (tiens tiens n’est ce pas l’immigration choisie ?), trouver de l’eau et des terres pour alimenter les populations du monde grâce aux immenses réserves d’eaux souterraines africaines (660 000 km3 de réserves souterraines) et ses terres arables représentant 60% de celles du monde. S’appuyant sur les études du water ressources group et du rapport de Michel Camdessus en 2003 il nous informe que l’eau sera une denrée rare et susceptible de provoquer des guerres. Il conclut que la sanctuarisation des terres pourrait éviter à l’Afrique d’être « totalement dépouillée de son propre territoire ».

Oui vous avez bien lu… l’Afrique sans les Africains. Le professeur Albert WRIGHT avait courageusement souligné cette menace dans une conférence et avait fait un parallèle avec la disparition des amérindiens. La solution ? Un reformatage des esprits africains : nous avions notre culture, nos prophètes, notre vision du monde comme les indiens, les chinois et même les Japonais – qui ne se plaignent pas de vivre et de se développer grâce à leur culture – Cheikh Anta, dans « Nations Nėgres et Culture » invite à recentrer nos programmes éducatifs sur des philosophies Kamites (populations originelles de l’Égypte). N’a-t-on pas eu Ptahhotep en -2414 comme premier philosophe au monde à définir le sens de la vie et son besoin d’harmonie avec la nature ? Merikare en -2060 fut l’un des premiers à affirmer l’unicité de Dieu, créateur de l’univers. Akhenaton, Pharaon d’Egypte a imposé le culte du Dieu unique Amon-RA signifiant Le Caché-Le Rayonnant en l’appelant lui-même Aton-RA signifiant Le Tout Puissant-Le Rayonnant…on ne peut donc s’étonner que les Sereres avec ROOG affirment avoir connu le Dieu unique avant l’arrivée de l’islam et du christianisme, puisque l’on sait qu’ils sont venus de l’Egypte comme du reste les Hal Pulhar ! Le professeur KINZOUNZA du Congo parle de la nécessaire déprogrammation et reprogrammation du mental de l’Africain pour, comme le dit Cheikh Anta reconquérir la place perdue par les noirs, après, on peut le dire plus de deux millénaires de maltraitance, de déstabilisation et même de génocide.

Donc si l’HGS de Iba Der et Macky SALL part d’un bon principe, ce n’est certainement pas suffisant car il faudra refondre les programmes, retrouver le goût de la compétition, cultiver la fierté panafricaine, le sens de l’effort et du travail bien fait… S’inspirer en cela de l’héritage de serigne Touba ne sera sans doute pas vain.

Que nos dirigeants prennent conscience de ce qui se joue au niveau mondial pour sauver ce continent pendant qu’il est encore temps. Les tentatives d’émancipation sont systématiquement torpillées, et la mort de Khaddafi s’est avérée une conspiration… Aujourd’hui l’ECO se cherche dans l’urgence avant fin 2020, elle veut s’arrimer à l’Euro en parité non fixe mais voilà qu’aussitôt le Ministre francais des finances Bruno Lemaire convoque ses homologues africains en France, what ? Il ne faudra pas mollir car on sait maintenant que la forme de relation type CFA- Trésor Français est l’une des raisons essentielles de notre léthargie industrielle favorisant l’importation et la consommation à l’exportation et la production. Dites pour finir à Alpha Condé qu’il ne pourra pas imposer un troisième mandat en Guinée malgré les nombreux morts enregistrés car les temps ont changé et surtout les enjeux sont devenus si nombreux et prégnants que le peuple n’a plus… de temps à perdre. Que cela se sache y compris au-delà des frontières Guinéennes !

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *