Jeudi Noir – N°49 (Par Bruno d’Erneville)

Chers amis, un vieil adage dit « qui aime bien châtie bien ». En wolof « Nak wex na domam waye bagnuko ». Son pendant existe certainement dans toutes les langues. Aujourd’hui je m’adresse à vous, à nous, pour des critiques qui je l’espère porteront du fruit.

Durant tout le processus qui a mené à l’élection présidentielle, les membres de l’opposition se sont démenés comme ils ont pu pour montrer la supercherie qu’il y avait:
– dans le système du parrainage,
– dans la décision unilatérale du pouvoir de ne pas mettre le fichier général à la disposition des partis politiques,
-dans le refus de revoir l’organisation de la CENA,
– dans le maintient de retraités à la tête de la cour suprême et du Conseil Constitutionnel,
– dans le fait de confier la DAF à quelqu’un qui posait problème sur le plan éthique, etc.

Comment le peuple s’est-il comporté face à cela ? Il a observé et mal jugé l’opposition, parfois avec mépris. Invités à manifester, les citoyens sont restés chez eux laissant les politiques subir les foudres du régime. Devant l’échec de l’opposition à cette élection, c’est encore par des railleries que les électeurs se sont distingués. Il y a quelques jours certains reprochaient à Idy 2019 d’avoir abandonné sa promesse de réaliser un livre blanc.

Aujourd’hui que le livre est sorti, les mêmes citoyens disent « et alors ? Pourquoi avoir attendu la défaite pour souligner la triche ? » Mais oublie-t-on que le pouvoir a toujours un temps d’avance sur les opposants parce que d’abord il détient l’administration et l’Etat ? Quand ces derniers manquent de neutralité, l’opposition n’a plus que la rue pour se faire entendre, avec le soutien du peuple ! Oublie-t-on que les combats de l’opposition sont ceux qui permettent une vie démocratique équilibrée au profit final des citoyens ?

En réalité vous méritez, nous méritons ce qui nous arrive. On ne se sent pas concernés, c’est l’affaire des politiciens ! Revoyons nos comportements et arrêtons de condamner les autres. Concentrons nous sur nos propres tares pour essayer d’aller de l’avant. Pourquoi devons nous croire que le changement est toujours l’affaire des autres ?

Le Sénégal aurait sans doute un autre visage si chacun d’entre nous assumait la responsabilité qui est la sienne : livrer les combats justes y compris avec l’opposition et s’auto-éduquer. Notre avenir commun dépend de nos actes individuels ! Être passif devant des injustices sociales ou politiques c’est ni plus ni moins qu’une complicité qui se retournera un jour contre soi. « Maggum waxoonako mogueun maggum xamoonako » , parlez, agissez quand c’est l’intérêt général qui est en jeu. C’est votre devoir à l’égard des autres.

Je voudrais aussi évoquer l’affaire du voile interdit à Jeanne d’Arc. Ne pas comprendre qu’une école privée ait un règlement interne propre me semble aberrant. Chacun a la latitude de choisir son établissement privé en fonction de ses spécificités. Etre libre c’est aussi accepter celle des autres. Ce qui par contre est un précédent grave, c’est plutôt le fait de faire entrer dans l’espace public des éléments de religion. Cela ouvre la voie à des sentiments d’injustice pouvant casser l’unité de la Nation. L’école publique est payée par le contribuable qui, lui, a toutes les couleurs et toutes les religions ! Ne travestissons donc pas le problème : il faut que nous respections les singularités de chacun et que l’Etat garantisse à chacun un environnement laïc, à équidistance des chapelles. Il est regrettable que Wade ait ouvert cette brèche qu’il nous appartiendra tous de refermer pendant qu’il est temps. L’unité de notre peuple dépend de nous. Aucune force politique ou autre lobby ne doit pouvoir nous diviser car notre lien est dans notre patrimoine commun aux multiples facettes.

La religion est personnelle et l’Afrique, et le Sénégal ont accueilli toute les religions du monde qui ont trouvé un accueil de nos ancêtres non pas animistes mais pratiquants de religions traditionnelles parfaitement dignes de respect. Soyons donc plus compréhensifs et davantage patriotes pour l’amour de nos enfants !

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *