Les dangers du virus « wax waxeet »

Il faut un robuste plan de lutte contre le virus du « wax waxeet ». Il faut l’identifier, le traquer, comprendre comment il pénètre le cerveau et le « nafs » de la personne du président en exercice. Car des qu’il contamine cette personne, il en fait un monstre prêt à marcher sur des dizaines, voire plus, de corps de son propre peuple pour arriver à son but.

Ce virus transforme le président atteint, en une sorte de démiurge, perturbe le fonctionnement normal de son système nerveux, pour en faire un anormal dépourvu de sens éthique. Puis, lui fait croire qu’il est le seul à pouvoir gouverner son pays. Et que quiconque pense autrement est passible de toute sanction qu’il décidera de lui administrer.

Ce virus est en train de faire des ravages en Afrique de l’Ouest. Et à chacun de ces présidents qui veulent forcer un autre mandat ses arguments. Celui du président ivoirien est le suivant : si des gens de ma génération se présente à la prochaine présidentielle, je fais de même ! Diantre !

Dommage pour lui et espoir peut-être pour le peuple ivoirien qui a assez souffert et ne s’est même pas encore rétabli de ce qui s’est passé il y a quelques années.

Espoir, car ce président a oublié de mettre dans la nouvelle constitution qu’il vient de modifier, cet article : « si des candidats de la même génération que le président sortant se présentent, alors ce dernier peut faire de même »

Age, génération, désir et volonté : ces mots qui deviennent des maux politiques en Afrique de l’ouest. La constitution n’est plus la charte fondamentale, la référence suprême de la Nation, mais la seule subjectivité du président en exercice. Ce n’est pas en l’honneur d’un politique conscient et qui veut le meilleur pour son peuple, d’avoir ce genre d’attitude.

Personnellement, je peine à comprendre ce qui alimente ce virus du « wax waxeet » chez des présidents africains. Une théorie satisfaisante qui nous ferait comprendre le phénomène est urgemment attendue. Elle nous permettra de comprendre pour agir de façon éclairée et responsable.

Bien à vous

Imam Ahmadou Makhtar KANTE

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *