Jeudi Noir N°73 : Un gouvernement qui expédie les affaires courantes dans la cacophonie totale

Notre bateau ivre, saurons nous l’arrêter ? Je commence chers amis à en douter sérieusement. Un gouvernement qui expédie les affaires courantes dans la cacophonie totale jusques et y compris dans ses missions internationales.

Comment comprendre que des hauts fonctionnaires ne sachent la position officielle de l’Etat au point de prendre des engagements contraires à ceux du gouvernement ? Dans notre « souricière » quand le chat n’est pas là, c’est la bamboula et quand il rentre le couperet tombe sur les têtes. Le cas du spécialiste des scoops gouvernementaux rocambolesques, relève davantage du fait divers tellement il me semble qu’il méritait des sanctions depuis belle lurette pour tendance à l’agitation intempestive.

Ce jour s’achève à Sochi une rencontre Afro-Russe qui arrive à point nommé et ouvre des possibilités d’échanges plus équitables parce que plus respectueux de nos cultures respectives. L’Afrique en a bien besoin pour rééquilibrer ses échanges et signer des accords bilatéraux aux conditionnalités maitrisées. Certes la langue demeure un obstacle majeur mais ce sera à nous d’inventer les moyens de communications idoines dans l’intérêt bien compris des parties. Ouvrons donc les portes du continent mais exigeons le respect de notre spécificité et développons des stratégies.

Au moment où nos diasporas espèrent contribuer au développement de l’Afrique, il va être plus que jamais utile de procéder aux réformes idoines sur le plan institutionnel, mais aussi sur les plans fiscaux et sociaux. A cet effet notre programme présente un aspect particulièrement pragmatique et vise un objectif du retour de 200 000 personnes en cinq ans pour la création d’entreprises modernes, appuyées sur un partenariat avec les communautés occidentales. On pourrait alors viser un rattrapage technologique grâce au transfert massif des savoirs et technologies et créer plus d’un million d’emplois. A noter que ce chiffre ne vient pas du néant comme celui de quelqu’un… qui ne me semble pas avoir pris le bon bout. Pis, quand on voit comment le tissu professionnel sénégalais est fragilisé par la promotion des moins bons ou moins qualifiés l’espoir peut s’envoler !

Hier un avis d’attribution de marchés publics important a donné vainqueur en particulier un laboratoire géotechnique n’ayant ni les qualifications, ni les agréments pour exécuter les missions de contrôle ou de maitrise d’oeuvre. On peut s’inquiéter à la fois pour la bonne gestion de nos deniers mais aussi pour la création des emplois durables quand on sait que plus de 8 bureaux locaux existent ayant tous les qualifications et disposant eux seuls des agréments idoines et pourtant aucun d’eux n’est retenu. Je ne citerai pas la Direction concernée mais le gouvernement devrait y mettre de l’ordre sinon l’on ne s’étonnera pas qu’il y ait de nombreux désordres sur ces ouvrages qui seront construits par centaines à travers le pays.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *