Covid-19: Inquiétudes et pistes de solutions du Professeur Moussa SEYDI

Le chef du Service des maladies infectieuses et tropicales du Centre hospitalier national et universitaire de Fann a parlé ces derniers jours à travers des interviews accordées à la presse nationale et internationale.

  • « On doit s’inquiéter grandement de l’augmentation des cas. Ne pas s’inquiéter serait de l’inconscience absolue. On doit s’inquiéter parce que la situation est inquiétante… » ;
  • « Je le répète, plus le nombre augmente, plus la catastrophe risque d’arriver» ;
  • «C’est à la population maintenant de prendre cette responsabilité en ayant à l’esprit ce qui se passe ailleurs. Tous les pays qui ont tergiversé pour prendre des mesures l’ont payé extrêmement cher» ;
  • «Si le personnel de santé est décimé, c’est le système de santé qui tombe à terre. Je dis les choses telles qu’elles sont. Je ne rassure pas pour rassurer. Je n’apeure pas pour apeurer» ;
  • «Si on a par exemple mille malades avec une forme grave, on n’a pas mille respirateurs. Ceux qui n’en auront pas vont forcément mourir» ;
  • «Il faut que les gens respectent les mesures prises par l’Etat. Ces mesures pourraient se durcir si la pandémie ne régresse pas d’ici une ou deux semaines. C’est une possibilité».

Le Pr SEYDI a alerté et averti mais son audience semble ne pas percevoir la gravité de son message. Pendant que les autorités tergiversent, une bonne partie de la population semble ne pas se soucier de la présence du Covid-19 au Sénégal. Or depuis une dizaine de jours, le slogan « Restez chez vous » est recommandé par beaucoup de sénégalais, ce qui renvoie au confinement que le Professeur SEYDI assimile à un durcissement des mesures de l’Etat. Cela se précise puisque la pandémie ne régresse pas.

A titre expérimental, on devrait dans un premier temps, vu les spécificités des pays africains, avoir une phase pilote de confinement. Par exemple, on pourrait appliquer un confinement et un dépistage localisés à la Médina, à Grand-Dakar, aux Parcelles Assainies (à 5 unités juxtaposées), à Cambérène 1 et à la ville de Thiès (on peut aussi choisir des communes ayant eu des cas testés positifs au Covid-19). Cette phase test nous permettrait de tirer des enseignements afin d’améliorer les conditions d’un confinement général qui semble de plus en plus inévitable. Ceux qui ne sont pas favorable au confinement évoquent la question de moyens.

Il y a un choix à faire entre dépenser beaucoup d’argent pour un confinement et un dépistage systématique en un, deux voire trois mois et laisser la situation telle que nous la vivons aujourd’hui et assister impuissant à l’écroulement (effondrement) de notre système de santé comme c’est le cas en Italie.

Professeur SEYDI qui est au cœur du système de santé a lancé un cri de cœur, qu’il soit entendu pour le bien du Sénégal.

Dr Sékouna Diatta

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *