vendredi 21 juin 2024
Actualités

Le président Bassirou Diomaye Faye attendu en Guinée Bissau

Le président de la république du Sénégal Bassirou Diomaye Faye va effectuer une nouvelle visite officielle hors du pays ce mardi 30 avril 2024. Après s’être rendu en Mauritanie puis en Gambie pour rencontrer les chefs d’État de ses pays, il est attendu en Guinée-Bissau par son homologue Umaro Sissoco Embaló. Ce déplacement sera également l’occasion pour les deux chefs d’État de mener des réflexions afin de mieux renforcer les liens de coopération existants entre les deux nations.

La Pêche : un domaine stratégique de coopération entre les deux pays

La pêche reste l’un des axes majeurs de la coopération entre le Sénégal et la Guinée Bissau. En effet, depuis décembre 1978, les deux pays frères sont liés par une Convention dans le domaine des Pêches maritimes. Un instrument important, dont le protocole d’application signé le 1er février 2022, à Dakar, a
fait l’objet d’une évaluation et d’un renouvellement en février 2024. Grâce à l’efficacité des différents mécanismes mis en place, des résultats importants sont enregistrés. Par exemple, les captures de la pêche industrielle réalisées par les navires sénégalais dans le cadre du protocole en cours ont été de l’ordre de 1 417 tonnes en 2022. Les prises accessoires prévues par les différents segments de pêche (crustacés, céphalopodes et poissons démersaux) sont également encadrées selon ses dispositions. En 2024, 144
navires sont prévus, en dehors des thoniers.

Gestion frontalière

La gestion frontalière est aussi un des piliers de la coopération entre le Sénégal et la Guinée Bissau. En effet, en vue de réaffirmer leurs frontières respectives, les deux Etats ont mis en place, en novembre 2023, une commission technique mixte paritaire dont la mission consiste à mettre en œuvre des actions de
coopération.
Concrètement, la commission sera capable d’initier et de mettre en œuvre des actions conjointes de règlement pacifique des litiges, de renforcement de la paix, de la sécurité au niveau des espaces frontaliers. Cela, afin de faciliter la cohabitation et de renforcer l’intégration entre les Peuples. Mais aussi de faire de la frontière entre les deux pays un espace encadré et maîtrisé, au
grand bénéfice des populations.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x