Un discours à Sotchi, ou l’émergence de jeunes leaders africains décomplexés

Je vous assure que ça parle sous le kééppar national. Les sujets sont divers et diversifiés selon les humeurs des uns et des autres.

Un sujet a retenu les attentions des habitants de kéépar gi. Les râleries et les railleries sur le sujet qui fâche le chef à savoir le troisième mandat sont justifiés d’autant plus qu’il n’a pas trop attendu pour lancer un grand « Kabba » sur la tête de Sory. Voilà bien une mesure qui s’étend aux autres collaborateurs qui s’aventureraient à faire part de leur conviction sur le mandat. En quête de buzz ou témérité, certains défient l’interdiction d’autres le disent clairement, ils n’ont plus de convictions sur le sujet.

Sous le kééppar, nous aimons ressasser le passé, une chose que se refuse Khaf qui dit passer l’éponge sur tout ce qui a précédé son incarcération pourtant injuste. Je nous invite à faire comme lui en parlant de perspectives sous nos tropiques. La voix détonante de Nathalie Yamb nous est parvenue de Sotchi. Une femme qui a osé placer les mots dans les différents maux de notre relation bilatérale avec la France. Nathalie a osé là où les dirigeants africains font semblant d’oser lorsqu’il s’agit de parler de souveraineté économique et monétaire.

C’est clair ! Les aspirations des populations africaines ne sont plus les mêmes que celles instaurées au lendemain des indépendances toujours sous la supervision et la bénédiction du pays de Marianne. Des propos qui nous rappellent un homme bien de chez nous, Ousmane SONKO, qui durant la présentation de son livre vision « Solutions », précisait en ces termes : « Nous ne sommes pas contre la France mais nous sommes bien pour le Sénégal ». Comparez le discours de Nathalie Yamb et les propos de SONKO au sujet de la souveraineté, les notes s’accordent. Comme pour dire qu’en Afrique, l’émergence de jeunes leaders décomplexés fait son bonhomme de chemin et les faits motivants ne manquent pas puisque les tunisiens viennent d’élire Kaïs Saïed, un antisystème à la tête de leur pays.

SONKO parlera ce mercredi 30 octobre face à Pape Alé Niang qui démarre une nouvelle étape de sa carrière à la SENTV. Je suis sûr qu’au lendemain de cette sortie, le kééppar sera animé et peut-être qu’un «jeffour» national s’organisera comme il est de coutume après chacune de ses sorties.

Prenez bien place au kééppar national pour ne rien rater de l’actualité. Ça promet !

Excellente semaine

CitizenLY

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *