dimanche 19 mai 2024
Actualités

Sénégal : derrière les manifestations se cache un combat pour les libertés démocratiques

Le 3 juillet, dans la soirée, le président Macky Sall a mis fin aux spéculations selon lesquelles il briguerait un troisième mandat en se présentant en 2024. Avant cette annonce, le refus de M. Sall de confirmer qu’il ne briguerait pas un troisième mandat et le harcèlement des opposants politiques ont créé une véritable poudrière politique au Sénégal. Des manifestations ont éclaté dans de nombreuses villes du pays le 1er juin 2023, à la suite de la condamnation du chef de file de l’opposition Ousmane Sonko pour “corruption de la jeunesse”. Il a été acquitté des accusations de viol et de menaces de mort.

La condamnation de Sonko a marqué le point culminant d’une saga judiciaire de deux ans qui a cristallisé l’attention d’une grande partie de la population sénégalaise contre le gouvernement. Un régime de plus en plus autocratique continue de restreindre les libertés civiles et de violer les droits de l’homme. Des violences ont éclaté dans plusieurs villes, notamment à Dakar et à Ziguinchor, dont Sonko est le maire.

Selon le gouvernement, 16 personnes ont été tuéestuées lors d’affrontements entre la police anti-émeute et les manifestants. Amnesty International et les partis d’opposition ont fait état de près de deux douzaines de morts, la plupart d’entre eux ayant été blessés par balle.

Sonko a été condamné à deux ans de prison et il lui est interdit de se présenter à l’élection présidentielle de février 2024. Mais le verdict n’est que l’indicateur le plus récent de ce qui alimente la violence politique au Sénégal.

Notre expertise porte sur le développement institutionnel dans les nouvelles démocraties, les schémas de recul démocratique, les mouvements sociaux et les protestations politiques en Afrique. Nous soutenons que les moteurs de la violence politique au Sénégal aujourd’hui sont :

  • le flou autour de la candidature potentielle de Sall à un troisième mandat et ce qu’il signifie pour la démocratie
  • le sentiment que le système judiciaire est utilisé comme une arme contre l’opposition
  • les détentions arbitraires
  • la répression à l’encontre des journalistes.

L’administration Sall a rejeté les inquiétudes concernant le recul de la démocratie.

Nos conversations avec les manifestants à Dakar le 2 juin ont montré que la flambée de violence allait au-delà du verdict de Sonko.

Les manifestants n’étaient pas nécessairement des partisans de Sonko, comme de nombreux commentateurs l’ont laissé entendre. Au contraire, ils soutiennent un système judiciaire libre et impartial et l’État de droit. Ils ont cherché à s’opposer au recul démocratique d’un pays qui était un modèle dans la région.

Un système judiciaire instrumentalisé

Les inquiétudes concernant l’utilisation du système judiciaire contre les opposants au régime sont au cœur des tensions politiques sénégalaises. Samira Daoud, directrice d’Amnesty pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a appelé le régime à “rétablir les principes fondamentaux de l’Etat de droit en garantissant un système judiciaire indépendant et impartial”. La partialité du système judiciaire sénégalais est flagrante si on en juge par les actions du régime pour mettre Sonko à l’écart et l’isoler par des poursuites judiciaires.

En mai 2023, Sonko a été reconnu coupable de diffamation à l’encontre de l’ancien ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, dans le cadre d’une affaire de diffamation. Pour de nombreux observateurs, ce jugement était une preuve supplémentaire que le contrôle de Sall sur les tribunaux était instrumentalisé pour éliminer Sonko de la course à la présidence. Le même schéma a été observé lors des élections législatives de 2022.

Il est également évident dans les rotations systématiques des magistrats entre les tribunaux et l’affectation des fonctionnaires de la justice jugés “déloyaux” en dehors de la capitale. Un exemple est l’affectation récente du greffier Ngagne Demba Touré, un membre charismatique et bruyant de PASTEF, le parti politique fondé par Sonko, de Dakar à Matam, une localité située à 500 km de là.

Arrestations arbitraires

En plus de Sonko, il y a eu des centaines de détentions arbitraires de journalistes (Pape Niang, Serigne Saliou Guèye), d’activistes (Ndèye Fatou Fall, Abdou Karim Guèye, Cheikh Oumar Diagne), de manifestants et de membres de partis d’opposition. Beaucoup ont été emprisonnés pour avoir exprimé des opinions jugées “subversives” par l’État.

Les détentions de membres du parti politique de Sonko, tels que Bassirou Diomaye Faye et Fadilou Keita, sont considérées comme le résultat d’un système judiciaire à deux visages – qui favorise les alliés du régime et se montre sévère envers les opposants.

Une tentative de troisième mandat

La violence politique actuelle au Sénégal est également alimentée par l’engagement ambigu qu’il avait pris auparavant se retirer après deux mandats. Depuis sa fameuse réponse “ni oui, ni non” à la question de savoir s’il se présenterait en 2024, les citoyens sont de plus en plus inquiets.

78 journalistes africains et organisations de défense de la liberté de la presse ont récemment appelé M. Sall à libérer les journalistes détenus, à respecter la liberté de la presse, à respecter la Constitution et à préserver la stabilité sociopolitique du pays.

En 2012, les tribunaux ont autorisé le président sortant Abdoulaye Wade à briguer un “troisième mandat” en raison d’une modification de la Constitution. Cependant, la majorité des électeurs sénégalais n’ont pas été d’accord et ont élu M. Sall. Il avait promis de revenir à des mandats présidentiels de cinq ans, contre sept ans auparavant. Il a également déclaré qu’il veillerait à ce qu’aucun dirigeant ne puisse exercer plus de deux mandats.

Les experts juridiques sénégalais s’accordent à dire que l’article 27 de la Constitution empêche M. Sall de se porter candidat à la présidence l’année prochaine. Lui-même et son actuel ministre de la Justice, Ismaila Major Fall, l’ont affirmé à plusieurs reprises. C’était le cas jusqu’à ce que le récent discours de M. Sall à Paris devant ses partisans semble indiquer qu’il se présenterait en 2024.

En mars 2023, il a déclaré dans une interview à L’Express que la légalité d’une candidature à un troisième mandat était une question judiciaire que la Conseil constitutionnel avait clarifiée avant la réforme constitutionnelle de 2016. “Maintenant, a-t-il poursuivi, dois-je être candidat à un troisième mandat ou non ? C’est un débat politique, je l’admets.”

Jusqu’à ce qu’il annonce clairement, le 3 juillet, qu’il ne se représenterait pas à l’élection de 2024, cette question politique se posait avec acuité au Sénégal, de même que les réformes suggérées en faveur de l’indépendance de la justice. Les manifestants sénégalais exprimaient leur engagement en faveur de l’autonomie judiciaire, et les électeurs sénégalais ont précédemment démontré leur engagement en faveur de deux mandats.
Inquiétudes pour l’avenir

Les tactiques de plus en plus autoritaires de Sall contre l’opposition et les activistes soulèvent des inquiétudes quant aux droits de l’homme, à l’Etat de droit et aux libertés civiles. Un dialogue national initié par le gouvernement a été boycotté par la majorité des partis d’opposition et des organisations de la société civile. L’élimination des principaux candidats de l’opposition et des journalistes fait qu’il est de plus en plus difficile pour les électeurs de s’exprimer et de défendre la démocratie.

Il reste à voir dans quelle mesure la décision de M. Sall de dissiper les rumeurs de candidature à un troisième mandat sera rassurante pour les Sénégalais qui craignent un recul de la démocratie.

Rachel Beatty Riedl, Professor of International Studies, Cornell University and Bamba Ndiaye, Assistant Professor, Emory University
The Conversation

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x