Protégeons Pape Alé Niang (Par Lamine Niang)

Le célèbre journaliste est pris en flagrant délit de conduite en état d’ébriété selon une certaine presse. Information que l’auteur nie d’ailleurs avec véhémence. Et Alors? Est-on tenté de dire puisque l’information circule déjà sans qu’on en maitrise tous les contours. Au cas où l’info serait vraie, ça changerait quoi au juste sur le fond et la pertinence de sa posture de journaliste d’investigation et surtout de chroniqueur pourfendeur invétéré du régime catastrophique de Macky Sall?

Si la faute d’alcool au volant, une infraction évidente au code de la circulation routière, est établie, nous pourrions tout au plus lui reprocher son imprudence d’exposer dangereusement et mortellement sa vie ainsi que celle des autres automobilistes. L’alcool est incompatible avec la conduite automobile en tout temps et en tout lieu.

Cela dit, mérite-t-il cette avalanche christique de réprimandes moralisantes sur sa vie et le lien insidieux qu’on tente d’établir avec le combat citoyen et ô combien téméraire qu’il mène pour démasquer ces sangsues de la république dont le mal et le préjudice qu’ils font subir à la population sont infiniment au-dessus de la bêtise qu’on reprocherait aujourd’hui au journaliste?

Pape Alé Niang a le mérite de rester constant et inflexible dans ce qui est attendu de lui comme journaliste. Il n’a pas cédé, comme d’autres journalistes chasseurs de primes, à l’appel de la corruption et à l’invitation lâche et confortable de partage du gâteau.

Nous ne devons pas nous tromper de combat et de cible. Si dans sa faillibilité d’homme, PAN a commis un acte répréhensible aux yeux de la religion, que le jugement porté sur sa personne soit à la hauteur de ce que nous, éternels pécheurs, faisons continuellement dans l’espoir permanent du pardon divin.

Mais, tenter de lier cet et acte isolé avec un quelconque discrédit sur le combat remarquable qu’il mène depuis plusieurs années, serait une grossière erreur.

Aujourd’hui, c’est certainement le vœu le plus cher de ceux qui tentent, même avec les moyens les plus machiavéliques et les plus cyniques, d’étouffer toute forme d’opposition. Nous ne devons pas tomber dans ce sinistre piège et devons plutôt continuer de protéger les rares sentinelles qui nous restent dans le combat risqué et périlleux de dénonciation de la mal gouvernance, du détournement scabreux de nos deniers publics et d’accaparement éhonté de nos ressources.

Les nombreux bandits à col blanc que le pouvoir de Macky Sall protège méritent plutôt notre mépris et la violence d’une vindicte populaire et virtuelle, pas le valeureux Pape Alé Niang. Celui-ci mérite notre respect et notre admiration. Les miens restent intacts jusqu’à ce qu’il se détourne de cette voie parsemée d’embuches, parfois ingrate, d’être du côté du peuple en souffrance.

Nos jugements de valeur d’insignifiants mortels resteront à l’appréciation du seul Juge qui connait ce qui se cache dans le tréfonds des cœurs.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *