Pastef les Patriotes : Déclaration de Bassire

Ce dimanche 27 octobre 2019, le Blouf dans le département de Bignona, plus précisément le village de Bassire, a été le point de rencontre des patriotes de la région Sud. Les partisans  de Ousmane Sonko ont choisi la terre de ses ancêtres pour adresser leur message au président Macky Sall. Devant une foule composée de femmes vêtues de leurs tenues traditionnelles, des jeunes aux couleurs du Pastef, des personnes agées, le docteur Sékuna Diatta, responsable du parti dans la zone, a pris le temps de lire la déclaration dite de Bassire que nous vous proposons en intégralité.

 

Chers frères et sœurs d’Afrique,
Chers citoyens du monde,

Il y a un peu plus de huit (8) mois, le Sénégal a tenu une élection présidentielle à l’issue de laquelle le Président Macky Sall a été déclaré vainqueur. Il s’agissait, en fait, d’un coup de force conduit avec les moyens et les institutions de l’Etat, en totale violation des lois de notre République.

Nous savons que cette réélection était l’ultime épisode d’un scénario qui comprenait à son début l’élimination d’acteurs politiques considérés comme de sérieuses menaces à la réélection du Président Macky Sall.

Nous nous souvenons qu’un jeune cadre de l’administration sénégalaise nommé Ousmane Sonko, qui ne cessait de dénoncer la gestion du gouvernement, s’était prononcé contre l’instrumentalisation de la Justice aux fins de barrer la route à des adversaires politiques.

Nous nous souvenons que ce jeune cadre, devenu plus populaire, et son parti, PASTEF les Patriotes, plus présent sur l’échiquier politique national, avait été vite radié de la fonction publique.

Nous nous souvenons que ce jeune cadre avait gardé la foi et la sérénité et trouvé la force de poursuivre son combat politique, pour le bénéfice du peuple sénégalais qui lui avait apporté un précieux soutien durant ces moments difficiles.

Nous savons qu’il avait été accusé à tort et radié dans le seul but de briser son élan et celui de son parti et que le recours qu’il a introduit auprès de la Cour Suprême demeure à ce jour sans suite.

Nous avons encore vivace le souvenir de la douleur que nous avions ressentie lors de cet épisode au cours duquel des prières avaient été formulées à l’endroit de notre fils par des sénégalais d’ici et de la diaspora qui le portent si fortement dans leur cœur.

Nous nous souvenons que le leader du PASTEF n’avait cessé d’appeler les autorités coutumières et religieuses à intervenir pour la préservation de la paix et de la concorde dans le pays, en usant de leur influence pour amener le Président Macky Sall à mettre fin à cet acharnement systématisé contre ses adversaires politiques.

Nous nous souvenons qu’il ne cessait de leur dire et répéter au Président Macky Sall qu’il ne pouvait pas continuer à faire emprisonner les enfants d’autrui tout en protégeant des membres de sa famille et des dignitaires de son parti coupables de multiples violations de la loi.

Nous rendons grâce à Dieu que les sénégalais font de plus en plus confiance à ce fils digne qu’ils ont porté à l’Assemblée Nationale lors des élections législatives de Juillet 2017.

La volonté du Peuple s’est révélée plus puissante que les machinations politiques du régime de Macky Sall.

Malgré les multiples alertes et dénonciations, force est de constater que le Président Macky Sall n’a pas abandonné et n’abandonnera pas facilement son plan de barrer la route au seul acteur politique capable aujourd’hui de changer le Système. Il apparaît clair qu’il a l’intention de reconduire la même violence et les mêmes méthodes illégales qui lui ont jusque-là réussi.

NOUS TENONS A DECLARER ce jour, à Bassire, dans le Boulouf, sur cette terre d’origine de l’Honorable Député Ousmane Sonko qu’est la Casamance, que ce dernier n’est pas Karim Wade et ne sera pas Khalifa Sall.

Nous déclarons qu’après sa radiation arbitraire et illégale de la fonction publique, nous nous opposerons par tous les moyens à tout acte de nature à compromettre sa participation aux joutes démocratiques. Il est clair qu’il s’agit du déroulement séquentiel d’une vaste entreprise de diabolisation et de liquidation politique.

Nous demandons aux autorités coutumières et religieuses de ce pays de s’exprimer pendant que la situation est encore sous maîtrise. Les plans machiavéliques en cours de préparation par ce régime spécialisé dans l’usage de la force, l’arbitraire et l’instrumentalisation de la justice contre ses opposants, risquent de créer un brasier dont nul ne peut prévoir, encore moins mesurer les conséquences.

L’opinion nationale et internationale est témoin des nouveaux développements qui partent d’un habillage juridique fondé sur du faux.

Nous ne proférons pas de menaces mais nous tenons à faire une sérieuse mise en garde.

Nous attendons encore la suite du dossier sur nos ressources pétrolières et gazières dans lequel Ali Ngouye Ndiaye, le Président Macky Sall et son frère Aliou Sall ont été cités pour diverses malversations et manquements.

Nous sommes informés des dossiers de corruption et autres détournements aujourd’hui dans les tiroirs du procureur et qui incriminent des personnalités de la famille biologique ou politique du Président Macky Sall, avant même l’affaire des 94 milliards. Où est la justice dans tout cela?

Nous n’en dirons pas plus sur ce dossier des 94 milliards qui est entre les mains de la justice, près de deux ans après que l’honorable Député Ousmane Sonko l’ait étalé au grand jour. Il s’agit d’un dossier judiciaire et non politique, qui doit être jugé au tribunal et non à l’Assemblée Nationale dont la commission d’enquête vient de publier un rapport dont le contenu et la synchronisation avec les gesticulations des avocats de Mamour Diallo en disent long sur la cabale en cours contre le Député Ousmane Sonko.

Nous suivons avec attention les manœuvres en cours pour tenter de créer un prétexte pénal qui donnerait corps à une obsession du Président Macky SALL focalisé sur une conservation du pouvoir, pour repousser au maximum le moment de la réédition des comptes.

Nous avons compris que dans cette affaire, le Président Macky Sall et son régime sont déterminés à utiliser contre l’Honorable Député Ousmane Sonko pour l’élection de 2024, les mêmes méthodes qui ont permis d’invalider les candidatures de plusieurs opposants à la présidentielle de février dernier.

Nous tenons à dire au Président Macky Sall et à son régime que notre détermination sera d’un cran au-dessus de tout ce qu’ils entreprendront.

Nous réclamons la Justice pour laquelle nous nous battrons. Nous n’accepterons pas l’injustice contre notre fils. Contraints, nous ferons face au régime de Macky Sall, de façon ferme, immédiate et durable, et par tous les moyens possibles.

Nous prions pour l’unité, la paix et la concorde dans un Sénégal où la prospérité et le bien-être seront accessibles à tous et non plus à une minorité.

L’Avenir c’est maintenant !

Vive Président Ousmane Sonko,
Vive PASTEF-Les Patriotes
Vive le Sénégal

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *