Liverpool, le rouleau compresseur

Boxing day

Le foot ne s’arrête jamais Outre Manche. Pendant que les autres fêtent en famille, eux sont restés sur le rectangle, tradition oblige.
Un petit point sur l’histoire du boxing day ou jour des boîtes littéralement. Le 26 décembre est un jour férié en Angleterre. Les théories sur son origine diversent mais ce qui est sûr c’est fête de Saint Étienne, le premier martyr chrétien. En Angleterre et dans plusieurs pays anglo-saxons la veille de Noël est un jour férié et la fête, du cricket au football en passant par la courses des bateaux.
Les derbys font tout le charme du boxing day. Justement les derbys ont commencé avec le doyen des clubs, Sheffield fc (différent Sheffield United) face à Hallam fc. Le calendrier de la primer league faite de sorte que les clubs ne fassent pas de longs déplacements. C’est à dire les clubs dans la même zone s’affrontent pour éviter de longs périples pour les familles et supporters (ex: Chelsea-Southampron, Crystal Palace-Westham, Leicester-Liverpool, ou encore Wolverhampton-Man City…).

Après s’être incliné la journée précédente, Tottenham devait remettre la tête au bon endroit pour pouvoir espérer suivre le peloton du big 4. Peu inspirés les Spurs avaient mal débuté le match en prenant un but de Webster mais au retour des vestiaires le réalisme de Kane et le génie de Aurier et Dele Ali ont fait la différence. Mourinho et les Spurs s’imposent finalement contre Brighton qui a lâché physiquement au cours du match.
Arteta semble être satisfait pour son premier match sur le banc des Gunners mais à y regarder de près il a du pain sur la planche et le mercato hivernal ne doit pas lui échapper. Bournmouth avait fait le plus difficile en menant au score mais Aubameyang a permis aux gunners de prendre point dans un match piége.
Si les équipes prennent plus de points chez soi, ce n’est pas le cas de Chelsea cette année. Les Blues voyagent bien donc sont trop hospitaliers au point de donner beaucoup de points aux visiteurs de Stanford Bridge. Après une excellente prestation au Tottenham stadium, Chelsea est encore tombé sur ses vieux démons. Méconnaissables, mal organisés trop brouillons, faute au bloc compact de son adversaire qui a su exploiter les failles de la défense bleue. 2 buts à zéro pour les Saints qui diront juste merci au père Noël bleu.
Cheikhou Kouyaté et Jordan Ayew ont permis aux Aigles de Crystal Palace de s’imposer face au Westham de Pelligrini. Avec un exploit individuel de Ayew, forcément le but du boxing day.
Anceloti n’en demande pas plus. Pour son premier match sur le banc de Everton, le technicien Italien a su compter sur son étoile ou plutôt sur celle de Calvert-Lewin et son nouveau système à trois derrière pour arriver à bout de Burnley. Service minimum pour Everton mais l’essentiel était là.
Mené d’entrée par Newcastle, la réaction de Manchester United ne s’est pas fait attendre. 7 mns plus tard les Red Devils égalisent et déroulent derrière. Une réaction qui ne surprend pas d’ailleurs quand on sait que Man United est le club qui a récolté plus de points dans les Boxing days. Score final 4 buts à 1 et un premier doublé à Old Trafford en championnat pour Martial.
Le dauphin devait accueillir le leader du championnat. Il a fallu attendre une demi-heure pour voir Bobbi Firmino ouvrir le score sur un centre téléguidé de Arnold. 1 but à zéro à la pause. Au retour des vestiaires, les champions du monde accélèrent et poussent les Foxes à la faute. Pressing, solides et efficaces devant les Reds plient le match après le penalty converti par Milner à la 71e mn, 74e Firmino inscrit son doublé et 78e Arnold enfin récompensé pour son énorme match. Liverpool surclasse Leicester et creuse l’écart (13 points) avec un match en moins. 17e victoire en 18 matches de PL cette saison et 35e match sans perdre, les Reds sont au sommet de leur art. Ça sent bon pour Mané et compagnie.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *