Editorial : Libérer le Sénégal en 2019

Éditorial 10 : La lettre d’information « JOTNA » Pour visualiser la Lettre Cliquez-ici

« On ne peut pas ne pas tirer son épingle du jeu. Serions-nous muets ou cois comme des cailloux, notre passivité serait même une action » disait Jean Paul Sartes. Mon oripeau de passif, je l’ai enlevé depuis le 20 avril 2018. Moi qui avais vomi la politique, qui la considérais comme une activité malsaine détournée de ses finalités originelles et transformée en un moyen d’ascension sociale. Cette position était justifiée par le fait qu’elle est sous nos cieux le haut lieu du mensonge, du verbiage, du détournement, de la spoliation etc.

Ousmane Sonko, ce quadragénaire, énarque et ancien inspecteur des impôts, a eu le mérite de me réconcilier avec la politique en réussissant à me montrer les nobles facettes de cette activité. Arc-bouté au patriotisme, à la bonne gouvernance et à la souveraineté, Ousmane Sonko nous a tous prouvé que faire de la politique c’est être au service de sa patrie.

Heureusement que l’arrivée d’Ousmane Sonko, de son offre politique et l’effervescence qu’il a créée au niveau de la jeunesse ouvrent une nouvelle page de l’histoire qui, d’une part, range le rapport hégémonique entre les puissances et le Sénégal dans les oubliettes de l’histoire, et d’autre part sonne le glas de la mauvaise gouvernance au Sénégal.

C’est là où se trouvent les enjeux de 2019. Libérer le Sénégal, le développer et ensuite lui donner une place de choix au concert des nations. La démarche d’Ousmane Sonko, son discours, son parcours et ses actions de tous les jours nous rassurent. Nous avons confiance en lui pour affranchir le Sénégal du joug colonial et le placer au peloton de tête des pays du globe en lui donnant un visage envié à la hauteur de son histoire et du legs de nos anciens et valeureux érudits et ancêtres

#JOTNA, li ñëp bok ñëp jot ci

Ousmane Noreyni GUEYE, Pôle Communication Pastef France

Partager
  • 402
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    402
    Shares