Le syndrome Pastef, dans l’arène politique(Malé Fofana)

En réalité, ce n’est pas que Ousmane Sonko parle ou gesticule trop. Le problème, c’est que les autres ne disent rien…

Il y a quelques temps de cela, en aidant un ami ingénieur à mettre de l’ordre dans ses affaires, une bague s’est échappée de ses documents. Il m’a alors appris que c’est une bague de travail. Cette pratique serait courante dans ce genre d’entreprise au Québec. Les décideurs sont encouragés à mettre la bague quand il signe un contrat, afin de se rappeler les implications de la signature. Un peu comme le makhtoumé des mourides (j’ai appris que ce petit coffret qui pend sur la poitrine symbolise le livre dans lequel sont inscrits les actes auxquels chaque croyant devra rendre compte).

Avec le phénomène du mouvement Pastef, aucun haut-responsable ne signera de contrat sans penser au syndrome Ousmane Sonko.
On devrait peut-être créer une « bague Sonko ».
Si elle n’était pas physique,
elle serait
psychologique…

L’arrivée de Ousmane Sonko dans la sphère politique fait penser à la révolution de Mouhamed Ndao Tyson dans l’arène….

Le Leader de Pastef n’est pas le politicien classique; car il attaque de front des problèmes qui peuvent lui coûter sa carrière politique. Devant beaucoup de questions, le politicien traditionnel se taira, ou l’abordera avec des pincettes.

Le politicien habituel n’aurait pas affronté, par exemple, de manière frontale, un dossier comme l’affaire des 94 milliards. Après avoir eu des preuves irréfutables de ce scandale, le politicien classique:
– aurait utilisé cela pour avoir un point de négociation contre les responsables proches du gouvernement;
– il aurait, à défaut, poussé un mouvement citoyen à porter cette affaire en justice, puis il lui aurait apporté son soutien;
– ou enfin, il aurait alors soulevé le scandale de façon informelle, mais sans passer devant la justice.

Mais, Ousmane Sonko est atypique. Et c’est cette nouveauté qui charme le peuple, au delà de son image, encore intacte.

Sa rhétorique était le seul point avec des aspérités auxquelles ses adversaires pouvaient encore s’accrocher. Mais il apprend de ses erreurs. Sa dernière prestation sur la SenTV prouve qu’il s’améliore. Ceci le rend de plus en plus difficile à gérer. Presque intouchable, ce sont alors ceux qui l’exposent qui paient le prix: suspension de la SenTv .
Il a fait une prestation objective, parlant des faits, sans chercher à lancer des piques. J’avais souligné cette question dans ma toute première communication à propos de Ousmane Sonko: un discours solide parle de lui-même. Le locuteur qui manque de choses à dire va faire preuve d’artifices comme un magicien qui cache ses tours. Or Ousmane Sonko a assez de matière à brasser…

Il n’a pas non plus cherché à susciter des émotions. La passion est malheureusement vue comme la preuve d’un discours réussi. Une prestation sans sournoiserie donc, bien prudente.

Il s’est même payé le luxe de décliner la tentation d’attaquer Moustapha Niasse alors que l’occasion lui a été offerte sur le plateau. Bravo!

Si après ceci, on l’accuse de zèle, c’est parce qu’en réalité, ce n’est pas que Ousmane Sonko prend trop de place, mais c’est surtout qu’il est le seul à oser parler.

Malé Fofana PhD

ComUnicLang-Bataaxel
https://www.comuniclang.com/
Cabinet de communication
Sciences du langage et communication
Sherbrooke, Québec, Canada

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *