LA CHAMBRE AFRICAINE DE L’ÉNERGIE (CAE), un autre leurre du palais.

La presse nationale a fait état ce mardi 18 juin d’un communiqué de la Chambre Africaine de l’Énergie qui dénonce le reportage de la BBC. Juste quelques minutes de ma précieuse pause pour faire un tour sur la toile pour me rendre compte que cette CAE est une coquille vide. Pourquoi ?

Le site web (http://energychamber.org/fr/about/) ne nous apprend rien sur ses membres, sa date de création, ses filiations, ses activités, ses publications ou travaux. Dans la rubrique « PARTENAIRES » aucun organisme partenaire n’est renseigné si ce n’est de dire ce qu’ils comptent faire (objectif). A l’aide du bouton « Nous rejoindre maintenant » vous serez redirigés vers la rubrique « CONTACT » où vous avez juste une adresse et une adresse mail. Figurez-vous qu’aucun numéro de téléphone ou de télécopie n’a été mentionné. Est-ce « NORMAL » pour une organisation sérieuse ?

Macky Sall et son régime, noyés dans la marrée noire, n’ont pas encore fini de manœuvrer pour se laver de ce scandale qui cristallise l’opinion nationale et internationale.

Aux spoliateurs de la Nation, nous rappelons que la vérité est moins chère et plus accessible qu’une mascarade communicationnelle.

Au niveau des institutions continentales, il existe le Département de l’Infrastructure et de l’Énergie qui est une institution spécialisée rattachée à la Commission de l’Union Africaine dirigée par l’égytienne S.E Amani Abou-Zeid (voir site web https://au.int/fr/infrastructure-et-energie). Les deux organismes différent de par leur terminologie. Que le gouvernement nous renseigne davantage sur cette Chambre Africaine de l’Énergie. Qui en sont les fondateurs ? Quelles sont leurs missions? Le site web dédié diffuse plus de mystère que d’informations à l’endroit de ceux qui veulent en savoir plus.

Nous invitons Macky Sall à emprunter la voie de la vérité et celle du patriotisme si tant est que durant son référendum de 2016, il a bien eu la volonté de permettre aux sénégalais de prendre possession de leurs ressources naturelles. Tout acte posé allant dans le sens de couvrir son frère et de détourner l’attention des sénégalais sur ce scandale à 6.000 milliards, sera perçu comme une complicité dans cette tentative de spoliation.

Abass FALL

COORDONNATEUR DE PASTEF DAKAR

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *