Jeudi Noir – N°44 (Par Bruno d’Erneville)

En attendant la nomination du gouvernement.

Au lendemain de l’élection présidentielle de 2012, un ancien maire, aujourd’hui décédé, me recevant pour un diagnostic d’immeuble a vu en moi le politique et s’est épanché. Il m’a invité à m’asseoir et m’a fait une révélation effrayante. Sans me dire la chose qui le minait de l’intérieur il me « jeta à la figure » qu’il avait une impression de s’être « prostitué « , de n’être pas sorti indemne de son expérience politique. Lorsque j’ai tenté d’en savoir plus il s’est emmuré dans un silence, avouant tout juste qu’il aurait du parler ou réagir mais il a observé, a été passif. Pour un homme qui avait eu tant d’expérience politique et qui plus est, était plus proche de la génération de mes parents que de la nôtre, ce message était fort.

L’homme semblait n’avoir plus de ressorts internes pour aller de l’avant. Je prie pour lui qui n’est plus là aujourd’hui pour que son âme repose en paix. Il n’était pas dans notre camp à l’époque mais son témoignage semblait être une sorte de cri de détresse et comme un avertissement pour ceux qui vendent leur âme pour des avantages ou une protection quelconque.

C’est le lieu de rappeler surtout au camp des « vainqueurs » 2019 qu’ils ont maintenant face à eux leur conscience et la demande sociale. Les choses étant ce qu’elles sont, il faut maintenant assumer. L’opposition quant à elle, joue son rôle. Il nous faut une opposition qui s’oppose, de bonne foi… ou non, elle doit faire vivre notre démocratie. Or nous voyons souvent des tentatives de destruction de ces opposants sur les plans professionnel, humain, judiciaire; quelle courte vue pour les tenants de ces actes !

A la veille du retour du président Macky SALL, il y a comme une mise en résonnance dangereuse d’agitateurs en tous genres, particulièrement zélés et qui font le « sale boulot » de chasse aux sorcières. Ils cherchent sans doute à plaire au « roi » ! En tout cas ces périodes-ci ont un goût bien singulier qui témoigne d’une sorte d’hystérie collective. La série interminable de crimes barbares, d’accidents et d’incendie à répétition, de braquages particulièrement violents dans plusieurs localités, de disparition on ne peut plus suspecte, de lynchage médiatique monstrueux, tout cela crée une atmosphère surréaliste et angoissante pour le sénégalais lambda. Il est grand temps que la barre soit reprise vigoureusement par l’Exécutif, que le nouveau gouvernement soit nommé pour dérouler le PAP de son PSE, phase 2 et que le service public donne le ton !

La question que je me pose toutefois : comment feront ils les réformes nécessaires alors pratiquement qu’aucune véritable réforme économique ou sociale n’a fait l’objet de projets de loi durant la phase 1, que l’équipe parlementaire est globalement d’un faible niveau et que l’attelage de la majorité se tiraille déjà pour des postes mais aussi pour un positionnement pour 2024, et ce, avant même le début de ce mandat ?! Va-t-on encore et toujours vers une fuite en avant accompagnée d’une logorrhée de verbiage sur les différentes déclinaisons de l’émergence ? Va-t-on enfin accélérer la cadence pour industrialiser un peu plus vite ce pays et rattraper les 10 points de retard sur la cote d’ivoire en matière de taux d’industrialisation (18% contre 28%), pour créer 200 000 emplois par an (cela ferait le total promis de 1 million en fin de mandat)… .

Bon j’arrête ici le jeudi noir en espérant vraiment qu’il s’éclaircisse très vite !

Excellente fin de semaine, chers amis !

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •