Hommage à Sidy Lamine Niass qui s’en est allé il y a un an (Par Ansou SAMBOU)

Il était une fois, un homme !

Un sanctuaire s’en est allé !

Il est avec d’autres comme Hamidou kassé, et les premiers pensionnaires de sud com, les précurseurs de la presse privée indépendante au Sénégal. Il s’est d’abord distingué par ses opinions acerbes sur le comportement d’Israël, puis par son allégeance envers le Hezbola palestinien. Il fut incarcéré en 1978 pour avoir affirmé son allégeance à la mouvance islamiste Hezbollah de Palestine, puis en 1982 pour avoir manifesté contre la visite d’un dirigeant français.

Il crée un bimensuel, puis un quotidien qui fera les beaux jours de la presse écrite entre 1999 et 2008. Il introduit pour la première fois le wolof puis d’autres langues locales dans la radio, ce qui a permis aux sénégalais de s’exprimer et mieux percevoir les messages diffusés jusqu’ici accessibles seulement aux intelllectuels. Mais aussi Il contribue à la démystification de cet outil (la radio) que les sénégalais de l’intérieur croyaient miraculeux et inaccessible.

Par ses émissions, walfadjiri donne dla parole aux sénégalais mais leur dresse le tableau sombre des années socialistes. L’alternance 2000  a été l’oeuvre de cette radio en plus de la détermination du peuple désormais éveillé par les deux radios privées de l’époque (walf fm et sud FM).

Avec son livre de 2005 et ses nombreux articles accablant le pouvoir libéral, il va faire face à la violence les tentatives de musellement du PDS d’Adoulaye Wade. Il fera l’objet de nombreuses interpellations, ses journalistes aussi.

Sa contribution à la seconde alternance en 2012 est non négligeable car la première manifestation contre Wade et son régime fut organisée par sidy le 19 Mars 2011. Il venait de poser les jalons de la révolte populaire qui a eu lieu le 23 Juin 2011.

Inlassable, il reste sur sa rigueur et son organe de presse garde sa ligne éditoriale rigoureuse qu’on lui connaissait.

Il sera incarcéré en décembre 2013 pour sa déclaration sur la patrimoine du président Macky sall. Il disait détenir les preuves du patrimoine illégalement acquis de Macky sall.

Sa dernière œuvre fut sa dénonciation de l’acte posé par sidiki Kaba qui a prié sur le mûr des lamentations à Jérusalem quelques jours après les massacres perpétré sur les palestinien à Gaza. On peut y ajouter son soutien sans faille à l’imam Ndao emprisonné pour apologie du terrorisme puis acquitté.

Sidy, l’Incompris, l’homme souvent présenté comme incendiaire, égocentrique n’était qu’en réalité un patriote soucieux du bien-être de ses  concitoyens et qui s’est toujours rangé du côté des faibles, des opprimés.

Les élections de 2019 ont été orphelines du grand surveillant dont la seule présence apeure les magouilleurs.

#Sidylamine!

Reposez en paix Patriote.

La lecture de votre dernier ouvrage a changé mon regard sur votre personne.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *