Editorial : Journalistes corrompus, plume à louer

Éditorial 4 : La lettre d’information « Engagement Patriote » Pour visualiser la Lettre Cliquez-ici

Le métier du journaliste est l’un des plus beaux métiers au monde. Mais quand on observe la corruption et le comportement rétrograde de certains de nos journalistes au Sénégal, on a envie de vomir. Ce qui fait que beaucoup de médias de ce pays sont largement discrédités de nos jours et la quasi-totalité des sénégalais ont fini par savoir et comprendre ce qui se passe réellement dans la cuisine des journalistes où se concocte une multitude de mensonges dont ils sont quotidiennement nourris.

Chaque jour qui passe, les titres que publie Madiambal Diagne ne laissent aucun doute à quiconque qu’il officie du côté des médias pourris jusqu’à la moelle. Aujourd’hui, les personnes les plus réticentes, qui ont l’esprit le plus fermé au jugement que l’on peut porter sur ses articles, peuvent désormais tenir cela pour acquis. En réalité, l’information biaisée que nous sert Mandiambal Diagne depuis bien longtemps est la marque de son mépris total pour le destinataire final qu’est le peuple sénégalais.

Pour faire toute la lumière sur le sandale foncier, politico-financier pourtant sur 94 milliards de FCFA, Pastef les Patriotes a décidé ce mercredi 9 janvier 2019 de faire face à la presse pour décortiquer le modus operandi de toute la magouille impliquant des hauts fonctionnaires, des hommes politiques et des hommes d’affaires. Le seul but de cette opération était de spolier toute une famille qui, depuis 1978, attend de se faire indemniser à la suite d’une expropriation d’un terrain de 256 ha. En conférence presse, Bassirou Diomaye Faye, coordonnateur du Mouvement des cadres de Pastef, a commenté et exhibé tous les documents où l’on a pu déceler toutes les malversations de Mamour Diallo, Directeur des domaines, et de Seydou Sarr, dit Tahirou, homme d’affaires, sur la base de fausses décisions de justice.

Le peuple sénégalais devrait exiger de l’Etat, à travers le procureur, l’Ofnac, l’IGE et la cour des comptes, d’ouvrir une enquête sur les 94 milliards de FCFA alloués, sur du présumé faux, à un seul homme Seydou Sarr par et avec la signature de Mamour Diallo, haut fonctionnaire de son état. Il devra aussi exiger de lourdes condamnations et un remboursement total de nos deniers publics.

Rappelons que toutes ces institutions censées protéger nos deniers publics et garantir le bien fondé de leur utilisation ont été saisies par Ousmane SONKO en tant que Député du peuple et que depuis maintenant plusieurs mois, aucune action n’est engagée pour faire la lumière sur cette affaire. C’est plutôt des tentatives d’intimidation, des menaces et des dénigrements qui sont orchestrés avec la complicité de journalistes corrompus, rompus aux pratiques du mensonge et de la contre-vérité, mais qui en réalité loue leur plume pour quelques six francs trois sous, ou certainement beaucoup plus.

Le combat des patriotes ne fait que commencer. A quelques semaines du scrutin présidentiel, Ousmane Sonko continuera de subir des coups bas, et ce de plus en plus fréquemment. Cela ne fera que renforcer de manière évidente la confiance du peuple sénégalais au président de Pastef, puisque la première condition pour l’instauration de cette confiance c’est l’intégrité, et personne n’a jamais douté de la sienne, même pas de la part de ceux d’en face.

Nous, patriotes, sommes prêts et nous voterons Ousmane Sonko.

Abdou SONKO
Membre du Pôle Communication de PASTEF France

Partager