Editorial : Echos de campagne – les Pôles Régionaux de Développement

Éditorial 8 : La lettre d’information « JOTNA – li ñëp bok ñëp jot ci » Pour visualiser la Lettre Cliquez-ici

La campagne électorale ouverte depuis le dimanche 3 février 2019, le sprint final est lancé entre les 5 candidats validés par le Conseil constitutionnel, par Macky SALL devrait-on dire en réalité. Après les premières déclarations de candidature des prétendants au palais de la république, déplacements, meetings, débats, propositions se succèdent chaque jour sur le terrain, dans les médias et les plateaux de télévision et sur les réseaux sociaux.

Au menu du deuxième jour de campagne, le Président Ousmane SONKO a marqué une étape capitale dans sa rencontre avec le peuple sénégalais et le déroulement de son programme qui se veut un programme de rupture. Le discours attendu du Président Ousmane SONKO est la dernière séquence consacrée à toutes les questions destinées à peaufiner l’image d’homme d’État, capable non seulement de provoquer la troisième alternance dans l’histoire politique du Sénégal, mais de proposer aux Sénégalais une véritable alternative au régime en place et à toute autre coalition hétéroclite qui, au moment du partage du gâteau, sera incapable de respecter tous les engagements pris devant les sénégalais.

« Nous avons un projet ambitieux en termes de programme économique axé sur l’impératif d’industrialiser ce pays. » a-t-il déclaré.

Kaolack est au sein du bassin arachidier et occupe sur le plan géographique une position centrale en termes de transport autoroutier, ferroviaire et maritime. Six propositions ont été faites pour Kaolack et sa région axées autour de la notion de Pôle régional de développement : faire de Kaolack une ville industrielle avec la création pour cette région d’une zone franche commerciale et d’une plateforme de redistribution et de transit. Du fait de la proximité avec la Gambie et la Casamance, Kaolack devrait être le creuset de l’intégration sous-régionale et du brassage culturel.

L’exemple de Kaolack permet de s’arrêter sur le modèle économique proposé par le Président Ousmane SONKO basé sur l’ancrage d’une activité spécifique dans chaque région et sur la capacité des régions à se spécialiser et à partager leurs ressources, leurs expériences et leurs compétences pour en tirer mutuellement profit.

La compétitivité de ces pôles régionaux de développement dépendra de la capacité des entreprises installées dans ces territoires à collaborer et à échanger des compétences et des connaissances sur le territoire en question. Ceci devra ainsi permettre, notamment pour les entreprises détenues par des nationaux, de réaliser collectivement ce qu’aucune de ces entreprises ne peut faire individuellement dans le contexte économique globalisé.

De la même façon qu’il est mis en avant les spécificités de Kaolack, il en sera de même pour la région naturelle de la Casamance avec ses potentialités sur le plan forestier, Kédougou avec ses ressources minières, Diourbel cœur du bassin arachidier, Dakar avec ses potentialités en termes maritimes, Saint-Louis avec le potentiel qu’offre le fleuve Sénégal … Cette organisation territoriale couplée à une vision économique, sociale et culturelle aboutit finalement, dans le programme de Ousmane SONKO, à découper le Sénégal en six grands pôles de développement capables d’aboutir à une véritable industrialisation de notre économie.

La clé de la réussite de cette politique réside dans une véritable décentralisation, accompagnée d’un transfert effectif de compétences et de moyens et, dans chacun des pôles régionaux, d’une dotation, en facteurs socio-économiques qui contribueraient à rendre les territoires plus attractifs.

#JOTNA, li ñëp bok ñëp jot ci
Abdou SONKO, Pôle Communication Pastef France

Partager
  • 51
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    51
    Shares