Comment Bougane Gueye s’est débarrassé de Ameth Aidara ?

Comme à son habitude, Ameth Aidara affichait clairement ses opinions et son appartenance idéologique sans crainte.
Grande gueule (allusion faite à ses nombreux plaidoyers quotidiens en faveur des sans voix), il n’a pas sa langue dans la poche.
Sans langue de bois, il a toujours condamné, fustigé les malveillances et les actes de mal gouvernance, dénoncé les magouilles et injustices fussent-elles du côté du gouvernement.

Mais, en janvier 2022, un grand événement inattendu s’est produit: l’élection de Ameth Aidara à la mairie de la ville de Guediawaye.
Tout un symbole ; la réalisation d’un rêve pour les enfants authentiques de la banlieue. Les habitants ont lavé l’affront. C’est une grosse branche de la dynastie Sall Faye, du pouvoir qui venait d’être sciée, qui venait de tomber.
Jusqu’alors on a jamais pris au sérieux le fait qu’Ameth ne milite pas aux cotés de Bougane dans le même parti, mouvement ou coalition.

Lorsque Ameth a rejoint la coalition yewwi askanwi, l’aile dure, la branche radicale l’opposition, la dynamique électorale et politique de cette coalition qui a été imparable, intenable durant les élections municipales a crucifié Aliou Sall, maire sortant de la ville de Guediawaye et frère de Macky Sall.

Ainsi, dans leur processus d’anéantissement et d’essuyage de la raclée de Guediawaye, ils ont donné ordre au président du CNRA, organe de régulation de l’audiovisuel, de servir une mise en demeure à D-media, groupe dans lequel Ameth, fait des revues de presse quotidiennes.

Il se trouve que le journaliste maire ne gênait plus le pouvoir seulement mais son patron Bougane aussi, leader de Geum mouvement BoP, mouvement politique d’opposition. Un mouvement qui a nettement moins de poids politique que la coalition yewwi askanwi de son employer Ameth.
C’est cette gêne Commune, cette rencontre d’intérêts entre le gouvernement et Bougane a facilité l’éjection du journaliste maire Ameth Aidara.
L’idée a été de le mettre entre le marteau et l’enclume.
D’abord, couper le signal parceque Ameth Aidara continuait ses revues de presse avec la même ligne éditoriale, puis enclencher un faux contentieux entre le CNRA, ensuite jouer sur la conscience de Ameth qui, gêné de voir le signal coupé, ses revues de presse censurées, va démissionner, et enfin, soustraire yewwi askanwi du canal d’une de ses voix les plus audibles du pays.
Voilà le plan ! Pousser Ameth à la sortie !

Pourquoi Bougane n’avait plus le choix?

D’abord sa coalition s’est désagrégée profondément à cause des multiples défections, et trahisons ou transhumants de maires même élus sous sa bannière. Il ne lui restait que ça : sauver ce qui pouvait l’être.
Ensuite, dans un contexte de fuitage d’enregistrements, d’audios démontrant le complot politico-sexuel contre Sonko où il a été cité comme impliqué à un moment donné, il ne pouvait pas admettre que cette grande gueule journalistique (Ameth) en parle avec un ton que seul lui sait le faire.
Ameth est de ces journalistes qui de leurs hurlements, l’auditeur ou le téléspectateur peut avoir le cœur net de la gravité d’une chose ou de sa cruauté. Ça n’existe chez aucun autre journaliste ! C’est original ! Ça nous rappelle Pape Alé Niang de l’époque Sud fm.

Fidèle à sa viatique : servir , Ameth dit n’avoir pas besoin de son salaire de maire mais il comptait vivre de son salaire de journaliste communiquant et se consacrer au service de sa Ville. C’est pourquoi il continuait à faire son émission. Une promesse de campagne. Mais, Bougane Gueye n’est plus à l’aise et sait qu’a ce rythme de la dynamique collective politique de la coalition yewwi askanwi, au rythme auquel le complot de Mamour Diallo s’éclaircit, Ameth et ses compagnons de yewwi dont l’indomptable Sonko, vont exploser, enterrer Macky Sall et anéantir par la même occasion Guem Sa Bopp.

Ameth a créé dans la foulée une chaîne Youtube dédiée à ses revues de presse quotidienne sur demande de beaucoup d’internautes qui se sont massivement désabonnés des plateformes de D-MEDIA tels que Sen TV, Zik fm.

Comme Pape Alé Niang, Ameth même éjecté des médias classiques, restera l’un des journalistes les plus suivis plus écoutés par le peuple Sénégalais qui ont vécu cette éjection comme une agression à leur DROIT DE S’INFORMER.
Cette vague de sympathie que suscite le sentiment d’injustice va rapidement donner de l’audience à la chaîne 2ATV qui démarre dans les prochaines heures.

Ansou Sambou, auteur de l’ouvrage L’alternance politique au Sénégal, récit d’une rupture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.