Allongement de la retraite: le grand mensonge des RAA du gouvernement

On veut faire croire que l’allongement de l’âge de départ à la retraite jusqu’à 65 ans ne va concerner que quelques professions comme les pharmaciens et les dentistes.

Quel gros mensonge!!!

La loi 2020-15 modifiant l’art L69 du Code du travail maintient toujours un âge pivot de départ à la retraite à 60 ans pour tous les travailleurs relevant du Code du travail (donc pas les fonctionnaires), mais prévoit 2 possibilités de dérogations majeures :

1) la loi autorise, même pas par accords de branche ou d’entreprises MAIS SEULEMENT D’UN COMMUN ACCORD entre l’employeur et le salarié, de « directement » prévoir dans le contrat de travail, l’âge de départ à la retraite à 65 ans.

2) La seconde possibilité, c’est de permettre au Président de la République, de fixer de façon discrétionnaire, pour certaines professions, l’âge de départ à la retraite à 65 ans.



Donc, en combinant ces deux possibilités, c’est en réalité tous les emplois qui ne relèvent pas de fonction publique, qui sont susceptibles d’être concernés par l’allongement de la retraite à 65 ans, si tel est la volonté des Patrons, des Entreprises et des Employeurs. On voit mal en effet, un salarié être recruté, s’il refuse cette condition imposée par l’employeur.

Mais les fonctionnaires ne doivent pas dormir sur leurs lauriers. Cette mesure leur sera appliquée bientôt pour des raisons d’équité, si le Conseil constitutionnel est appelé à se prononcer sur la légalité de cette mesure douteuse. En effet, les vétérinaires et médecins relevant pourtant du Statut général de la fonction publique seront concernés par cette dérogation des 65 ans.

La justification selon laquelle, on entre dans certaines professions tardivement à cause de ses conditions d’accession techniques et complexes, est un mensonge d’État. La solution simple consiste tout simplement à comptabiliser les années de formation dans le calcul des annuités de cotisation. Ainsi, les 7 ans de formation, plus 2 ans de stage et 3 ans de spécialisation obligatoires exigées pour exercer certaines professions seront comptabilisées comme des annuités de cotisation pour la retraite.

En réalité, cette réforme est un séisme qui balise la fin de la fonction publique, la fin de la retraite par répartition, l’avènement de la retraite par capitalisation et l’immixtion des Fonds de pension, les vautours de la vieillesse des travailleurs.

Macky déroule en roue libre, et les syndicats restent aphones. Le réveil sera brutal.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *