1/8 de finale Aller de la Ligue des Champions : carottes cuites pour Chelsea et espoir permis pour l’OL

Le costume était trop large pour les Blues de Chelsea. Avec un collectif bien huilé et une attaque de feu, le Bayern n’a fait qu’une bouchée des Anglais. La défaite est encore plus humiliante quand c’est un ancien Gunner (Gnabry, doublé) qui la leur afflige. Lewandowski comme à son habitude a aussi participé au festival à sa manière : un but et deux passes décisives. Et pourtant, ce ne sont pas les occasions qui ont manqué aux Blues. Les pertes de balles incessantes de Barkley, les approximations et les errements défensifs ont rendu la tâche facile aux Bavarois. Bref, le Bayern Munich était plus fort que Chelsea et est bien parti pour le prochain tour.

Entre un Naples malade et un Barça à la recherche du tiki taka perdu, bien malin celui qui pouvait prédire l’issue de la rencontre. Bien que c’était certain que Mertens et Insigne constituent une arme redoutable pour toute défense mais Messi reste éternellement un danger. C’est en effet, Mertens d’une frappe bien enroulée qui plante Ter Stegen pour faire vibrer San Paolo. Avec une grosse possession de balle, les Blaugranas ont longtemps ronronné et c’est finalement le Français Griezmann qui égalise. Les Napolitains ont failli inscrire un deuxième but mais l’excellent Ter Stegen s’est opposé. Côté Catalans le ballon courait mais les transmissions vers les buts étaient téléphonées et le bloc Napolitain était en compact. Même si le Naples coulissait bien, il faut reconnaître que l’attitude du Barça était inhabituelle et ça craint. Cependant, il n’y a pas feu au lac car le résultat reste tout de même positif pour les Blaugranas et rien est encore joué.

L’OL devait faire face à une montagne, la Juventus. Un match n’est jamais joué à l’avance dit-on. Cela s’est encore confirmé dans ce OL-Juventus. Après un bon travail de Houssem Aouar, l’OL ouvre le score grâce à Lucas Tousart. Une première mi-temps bien maîtrisée des Lyonnais face à une Juventus maladroite( 0 tir cadré). La tactique de jeu mise en place par Rudi Garcia a bien fonctionné et les Gones ont été disciplinés durant le match. 1 but à zéro pour l’OL et une bout du chemin fait. Nous serons édifiés au retour.

L’affiche du soir se tenait à Madrid. Le Real avait bien démarré le match avec un pressing haut et une possession de balle en leur faveur. Et c’est bien mérité pour l’ouverture du score par Isco. Les Skyblues eux sont montés en puissance au cours du match. Sur une erreur de jugement de Ramos, le Real est puni par Jesus et sur une autre erreur de Carvajal, City obtient un penalty transformé par De Bruyne. Boulette sur boulette, les meringues se sont sabordé tout seuls le match. Et comme un malheur ne vient seul, le Real devra faire l’exploit sans son capitaine qui a vu rouge. Score finale 1-2 pour les visiteurs : le ciel de Madrid était bleu aujourd’hui.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *