YEWWI (et non YEEWI) Askan wi (par Dalla Malé Fofana)

Sentez-vous
ce vent de changement?
Humes-en la senteur, champ en friche.
Humectes-en toi les pieds, de sable retourné,
Laisse la fraîcheur t’envahir,
Te chatouiller jusque
À la nuque….

Ce que j’apprécie particulièrement de la nouvelle mouvance politique, est le retour aux sources, la course vers les racines, les valeurs locales; et surtout la dimension linguistique qu’elle mobilise: Saxal, bës, ñakk, yaakaar, jengu, tabax, set, pastef, taxawu.

Une vingtaine d’entités politiques dans laquelle nous retrouvons une floraison de termes évocateurs qui fouettent un imaginaire bien ancré. Certains sont porteurs de visions. D’autres nous poussent à revisiter notre histoire et nos valeurs, le dernier en date: gelawaar!!!

L’orthographe wolof, pour ne pas dire la transcription, n’est pas toujours respecté. Mais je me console de voir que certains ont osé. J’ai pu voir écrit Sénégal sans accent sur les « e », et surtout avec deux « a »: Senegaal!! Et je me réjouis surtout de la façon dont le nom de la coalition a été orthographié.

À vrai dire, quand j’ai entendu le terme /yewi askanwi/, je n’ai pas pu cacher mon appréciation positive. Puis j’ai eu un sursaut en revérifiant la graphie. Et j’ai eu un ouf de soulagement : deux « w ».
Tant qu’à changer, faisons le complètement. Après la rotation, osons la révolution. Et soyons francs et conséquents, jusqu’à la transcription des termes.

Ceci me rappelle la réticence de Senghor qui ne voulait pas écrire le  » ceddo » de Sembene en doublant le « d », car cela ne correspondait pas au patron morphologique du français.
Il faut écrire YEWWI et non YEEWI.

Je commence à voir des variations dans la graphie. Déjà. De grâce, que le « w » reste doublé et que ce ne soit pas le cas du « e ». Autrement, vous exprimez le contraire de ce que vous voulez dire. À la place de référer à l’action de libérer le peuple, il est plutôt fait référence à un  » processus d’emprisonnement ».

Le wolof n’est pas prendre à la légère. Cela me rappelle certains étudiants de l’Ucad qui avaient choisi cette langue, en espérant faire une promenade de santé. Belle surprise!!

Avec trois lettres et les principes d’allongement et d’insistance sur la consonne (la gémination) le médium wolof peut générer jusqu’à trois mots: xal (braise), xaal (melon), xall (frayer), jam (piquer), jaam (esclave), Jamm (paix). Il peut tout autant créer des termes contraires: taqale (joindre), taqqale (séparer ou disjoindre). Même le mot and/ańd ou ańnd peut référer à un compagnonnage ou à un récipiant (en terre ou en argile).

Tel est le génie du système de Kocc Barma et de Serigne Moussa Ka.

Malé Fofana

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *