Une fondation au nom de Pape Diouf dédiée à la citoyenneté

31 mars 2020 – 31 mars 2021 : Un an déjà.

Mababa Diouf, dit Pape Diouf, ancien président de l’OM, s’est éteint il y a un an jour pour jour à Dakar. Il avait 68 ans. Journaliste sportif, puis agent de joueurs, il a été président de l’Olympique de Marseille de 2005 à 2009. Une personnalité du football qui a gardé une place à part dans les cœurs des Marseillais, des Sénégalais et pas seulement et qui le lui rendent très bien.

Né de parents sénégalais à Abéché, au Tchad, où son père travaillait pour l’armée française, Pape Diouf est envoyé en France à l’âge de 18 ans pour poursuivre une carrière militaire. Son père l’a en fait engagé pour rejoindre le génie d’Avignon après une escale à Marseille pour devenir militaire de carrière.

N’ayant pas la vocation militaire, Pape Diouf s’échappe du dessein paternel pour trouver son propre destin. C’est ainsi que débute son histoire avec Marseille. Il enchaîne les petits boulots, dont l’un, à la poste, le mène à la rencontre d’un journaliste pigiste du journal « La Marseillaise », qui discutait souvent avec lui des résultats sportifs. Le journal va finalement l’engager comme pigiste et il voit ainsi sa carrière de journaliste lancée. Il restera à « La Marseillaise » plus d’une décennie.

À la fin des années 80, les joueurs de football africains étaient beaucoup moins bien payés que leurs homologues européens. Il n’y avait que peu d’agents de joueurs en France et la profession avait mauvaise réputation. C’est là que Pape a embrassé sa nouvelle carrière en créant en 1989 sa société « Mondial Promotion ». Pour lui, l’intérêt des joueurs passait toujours en première position, avant même qu’il puisse envisager de négocier son propre intérêt.

C’est ainsi que de nombreux lui confièrent la gestion de leur carrière, des africains ou d’origines africaines : Joseph Antoine Bell, Basile Boli, Abedi Ayew Pelé, François Omam-Biyik, Rigobert Song, Marc-Vivien Foé, Marcel Desailly, Titi Camara, Habib Bèye, Frédéric Kanouté, Peguy Luyindula, Didier Drogba, William Gallas, Samir Nasri, Andre et Jordan Ayew. Mais ce ne sont pas les seuls à lui avoir fait confiance, d’autres joueurs n’ayant aucune connexion avec l’Afrique l’ont eu pour agent, comme Robert Pirès, Laurent Blanc et Grégory Coupet…





Après 15 ans comme agent et après avoir repoussé à deux reprises les approches du club, Pape Diouf intègre l’OM en 2004, d’abord comme directeur général, puis comme président un an plus tard. Il a été souvent loué pour avoir été le premier président africain d’un club d’élite de football européen, mais il décrivait cette situation comme « un constat pénible, à l’image de la société européenne et, surtout, française, qui exclut les minorités ethniques ».

Pour honorer la mémoire de Pape Diouf, sa femme Oumy Diouf lance ce mercredi une fondation à son nom dédiée à la citoyenneté. Un projet que Pape Diouf avait mis sur les rails. Nathalie Paoli, son ancienne directrice de communication, Yann Pecheral, Julien Fournier, Alexandre Faure, Cherif Seye, Thierno Seydi et Etienne Mendy seront les promoteurs de ce fonds de dotation pour financer des projets de citoyenneté, des projets qui contribuent à l’égalité, qui servent les jeunes, et notamment ceux des quartiers les plus sensibles, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Une station de métro, le rond-point du Prado ou un virage du stade Vélodrome qui porte le nom de Pape Diouf… autant d’idées et de formes de reconnaissance sur lui portées soit par des supporters, soit par des anonymes et même le journal « La Marseillaise ».

Le Club de l’OM a décidé que toute cette journée du 31 mars 2021 est dédiée à Pape Diouf, avec un hommage sur tous les réseaux, des diffusions d’images d’archives, des témoignages de supporters.

La Nuit du Football Africain (NFA), un événement panafricain, récompense les performances du football africain, ainsi que les initiatives et réalisations africaines. Le trophée spécial, qui récompense une action forte ponctuelle de grande envergure, avait été rebaptisé l’année dernière le Prix Pape Diouf.

Abdou SONKO

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *