Sédiou : La subvention de l’ACES, plus qu’un flou manipulateur, un outil de démagogie

Permettez-moi de dire qu’elle n’est inscrite dans aucune loi et n’existe pas dans la nomenclature du budget prévisionnel de la collectivité.

La subvention des étudiants a été le fruit d’une revendication du mouvement étudiant à sedhiou comme ailleurs dans le reste du pays.

Fondé dans les années 90, l’association culturelle des étudiants de sedhiou (ACES) n’a pu bénéficier que de cotisations pour exister et réaliser ces activités.

En réalité, la première subvention reçue de la municipalité par des étudiants s’élevait à 1million 500milles en 2003, selon le vice président de l’époque Mamadou Lamine Mané, devenu aujourd’hui proviseur.

Cette subvention va connaître une hausse progressive selon les besoins de plus en plus croissants car la population estudiantine a augmenté et les conditions se sont altérées puis détériorées.

Mais la hausse la plus substantielle connue est celle de 2011. Elle passa de 5millions à 12millions de francs CFA. Cette somme sera maintenue en 2012, 2013…

Il faut signaler que les étudiants avaient réclamé puis négocié auprès du Maire de l’époque, la prise en charge d’un logement secondaire de proximité pour ainsi loger les étudiants les plus nécessiteux. C’est ce qui a provoqué cette hausse substantielle du montant de la subvention attribuée par la mairie à l’ACES (Association Culturelle des Étudiants de sedhiou).

Les critères qui primaient dans la sélection des étudiants étaient entre autres ; la distance avec l’Université, l’existence d’un tuteur ou pas à Dakar, le handicap physique, la situation sociale du candidat au logement. La transparence et l’objectivité ont toujours primé quelque soit l’équipe qui était aux commandes. C’est moi-même qui avais rédigé le règlement intérieur de l’immeuble en 2011. Il est utilisé jusqu’à présent par les nouvelles générations. Qu’elles en soient remerciées pour la préservation de ce patrimoine collectif.

En 2014, dans un de ses meeting, le futur candidat à la municipalité de sedhiou, Abdoulaye Diop avait annoncé aux étudiants de Sedhiou en présence de beaucoup de ressortissants, et dans un ton fanfaron, qu’avec lui à la tête de la municipalité de sedhiou, le montant de la subvention passera à 20millions.

A l’arrivée, rien de ce qu’il avait promis n’a été respecté.

Ensuite, la subvention que recevaient les étudiants à temps, est devenue un oiseau difficile à attraper. Non seulement, elle accuse du retard, mais elle est fragmentée en quelques pauvres centaines de milliers de francs CFA, mais aussi elle a connu une baisse drastique.

Il est arrivé que les étudiants reçoivent une sommation du propriétaire qui menace de les expulser.

La subvention de tous les enjeux

Cette subvention est devenue un bon moyen de chantage et de manipulation. Mais c’est sans compter sur la ténacité et la combativité des jeunes étudiants. Ils se sont révoltés et ont tenu à préserver leur dignité face à ce qu’ont pourrait appeler une «soumission à la contrainte».

Bravo à eux ! Je suis admiratif !

À titre d’exemple, les étudiants ont fait basculer en 72 heures le référendum vers le ”Non » gagnant à Sedhiou en Mars 2016. Leurs orientations idéologiques et politiques aussi ne sont nullement dépendantes des liens avec l’équipe municipale. Du haut de leur autonomie intellectuelle, ils ont choisi leurs orientations malgré la campagne ultra propagandiste sur fond de manipulation politicienne.

Ce qui est encore grave, c’est la désinformation autour de cette subvention et des actions de l’autorité municipale. On est parvenu avec la désinformation et la manipulation de consciences, à faire croire que c’est une personne qui sort cette subvention de sa poche. C’est archi faux ! Ce sont nos impôts et taxes communales, ceux de nos mamans vendeuses au marché, à la gare routière, dans les quartiers, de nos frères mécaniciens, menuisiers, boutiquiers, tailleurs, conducteurs de diakarta etc.

Il est arrivé de le voir dire publiquement aux étudiants : « je vous aide avec cette somme en attendant que vous receviez votre subvention. » Tout en leur faisant croire que c’est son argent qu’il sort. Il se mue ainsi en sauveur face à une fausse situation critique que lui-même a provoquée en laissant trainer la subvention.

C’est avec la nouvelle équipe municipale que les étudiants ont commencé à payer mensuellement le loyer de l’appartement. Ils le payaient annuellement d’un seul coup et le reste de l’argent rentrait dans le fonctionnement et la gestion du quotidien de l’association.

Cette façon de fabriquer, créer l’homme providentiel, le super héros, le super maire est absolument malhonnête et tout à fait inacceptable.

Plutôt que d’enfumer, désinformer, travaillez à respecter vos promesses et après, les populations feront leur appréciation.

Aider un étudiant est la chose la plus ordinaire aujourd’hui. Même nous autres étant étudiants, l’avions fait sans bruit et dans la discrétion la plus totale.

Nous n’avons pas attendu d’avoir des titres ou du travail pour le faire, c’est à l’université que nous avons aidé nos pairs plus jeunes et nouvellement arrivés.

Heureusement que les étudiants de la nouvelle génération, quoi qu’on puisse dire, sont plus éveillés, plus instruits que la plupart de ceux qui dirigent et gèrent la collectivité.

J’ose donc affirmer que personne ne pourra les manipuler.

Wa salam. Nay leer !

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *