Quand la tanière gronde, quel choix pour le président de l’APR ?

Moustapha Cissé Lo n’a pas caché son mécontentement. Il a fait une sortie médiatique musclée pour se plaindre de l’attitude de Macky Sall à son endroit .

Les origines de sa colère, la distance de plus en plus grande entre le président et ses fidèles collaborateurs de la première heure ( lui même, Mbaye Ndiaye, Alioune B. Cisse) … alors qu’au même moment, des alliés venus à la 25e heure (sans doute parmi eux des commanditaires de l’exclusion de Macky Sall du PDS), bénéficient de grands privilèges et des largesses du chef de l’État.

Sur une autre tribune, Serigne Mbacke Ndiaye, comme pour narguer Cissé Lo, se félicite de la confiance que lui accorde le président Macky Sall et se glorifie de sa proximité avec ce dernier, qu’il qualifie de bienfaiteur à qui il souhaite un 3e mandat. Mieux, il propose même une révision constitutionnelle pour la suppression de la limitation des mandats présidentiels, pour permettre certainement à son actuel bienfaiteur de rempiler autant de fois que souhaité.

Moustapha Cissé Lo et Serigne Mbacké Ndiaye, deux personnages issus de la même génération, mais deux trajectoires différents. Les deux ayant pris part à tous les régimes qui se sont succédés (du PS à l’APR en passant par le PDS), avec deux itinéraires différents, pour finalement adopter deux conceptions différentes de la politique.

Le premier affirme haut et fort sa liberté de conscience et n’hésite pas à dire ses quatre vérités au chef, quitte à perdre des privilèges. C’est ce qui lui a d’ailleurs valu son départ du PDS et la perte de son mandat de député en 2009. Le second, quant à lui, ne dit jamais la moindre chose qui déplait au chef. Il préfère le flatter. Il masque ou déforme la réalité et n’hésite pas à user de comportements obséquieux si des prébendes sont en jeu. Ce qui lui permet de garder ses entrées particulières au palais de la république pendant que les régimes passent.

L’un quoique qualifié de zèlé, d’impertinent, de fou du village, d’excessif, varie rarement dans ses prises de positions et affirmations; osant mêmes les plus saugrenues. On l’aime ou on ne l’aime pas, sa légitimité au sein de l’APR est incontestée. Ses convictions et ses principes, il les défend farouchement. L’autre très versatile, renifleur de privilèges, peut retourner sa veste au gré des régimes et des situations. Ces revirements spectaculaires dont il détient seul le secret restent une énigme pour les écoles de science politique.

Quel choix pour Macky face à ce dilemme ?

Quel choix pour un Macky amnésique, volontairement inconscient ? Existe t-il dans son entourage proche, quelqu’un qui a assez de courage pour rappeler à M. Macky Sall (au cas où il l’aurait déjà oublié) que Serigne Mbacke Ndiaye est parmi les instigateurs du 3e mandat, qui a coûté cher à Wade, à qui il n’a pas hésité à tourner le dos après la perte du pouvoir ?

M. Macky Sall prend-il pour ennemi Moustapha Cissé Lo qui l’invite à tirer des leçons des erreurs du président Wade ?

Prend-il pour ami Serigne Mbacke Ndiaye qui le pousse à répéter les erreurs de son prédécesseur en lui chuchotant des propositions aussi périlleuses ?

Moussa Dieng Ndiaye
Militant de Pastef

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *