PASTEF valide sa fusion avec treize organisations politiques

Quatorze organisations politiques (5 partis et 9 mouvements) vont fusionner dans un avenir proche pour créer un parti politique dénommé Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique, et la Fraternité, PASTEF-LES PATRIOTES. Sont concernés : Alliance pour la patrie et l’émergence / DËGGU, Alliance pour le développement, BOKK LIGGEYAL SENEGAL, DEF LI WAR, DEGGU LIGGEEY, JOT SA REEW, MAC / BJ, Mouvement IDEAL, Mouvement PRO PATRIA, PASTEF / LES PATRIOTES, Rassemblement National Démocratique / RND, Synergie Vision Patriotique, Union pour un mouvement d’Avenir, YOONU ASKAN WI / Mouvement pour L’Autonomie Populaire.

Ce choix est le résultat d’une histoire et de compromis intervenus au sein de la famille des partis et mouvements d’inspiration patriotique et panafricaine qui aspirent au changement radical dans la façon de s’investir en politique, mais surtout dans la manière de gouverner une fois qu’ils accèdent au pouvoir.

Que l’on soit nouveaux entrants dans le champ politique (mouvements et partis apparus ces dernières années, avec souvent au départ une revendication sociale et politique forte en termes de respect de l’état de droit et de la démocratie, de respect des libertés individuelles et collectives), ou que l’on soit inscrit dans le combat politique depuis plusieurs décennies, ce qui est en jeu, c’est le rapprochement de toutes ces organisations politiques pour fonder une nouvelle organisation plus automne où règne la démocratie interne, très dynamique, équilibrée, complémentaire dans ses composantes en termes de massification et de communication, ouverte où tout le monde a sa place et surtout encore plus forte et engagée dans la conquête du pouvoir politique au Sénégal.



Pendant plusieurs années et quelques échéances électorales, des programmes ont ensemble été élaborés, des stratégies mises au point, des combats sur des thématiques sociales, économiques et politiques ont été menés et ensemble gagnés, toujours pour conquérir le pouvoir par la voie de la démocratie.

Créer un nouveau parti implique le plus souvent l’auto-dissolution de ses composantes actuelles. Là où on a emprunté la voie de la fusion des partis et mouvements alliés, souvent les anciennes formations ne disparaissent pas immédiatement et les identités ont tendance à se reconstituer dans le parti unifié. Devant une telle situation, toutes ces composantes acceptent et admettent de faire en sorte que leur transformation ne produise pas des tendances internes. Les enjeux sont au-dessus aussi bien des leaders que de leurs formations politiques.

Aujourd’hui, les quatorze organisations regroupées au sein de PASTEF LES PATRIOTES ont donc choisi de franchir le pas de la fusion, le potentiel d’un nouveau parti étant forcément plus fort que si toutes étaient simplement regroupées dans une coalition uniquement électorale. Ce qui est certain, c’est que la coalition n’est jamais un choix doctrinal. Là où on en est resté à la coalition, celle-ci devra rapidement dépasser le stade initial de l’alliance électorale pour continuer à avoir des convergences de luttes et garder une capacité de convaincre de nouveaux partenaires et de nouveaux militants. C’est le choix qui a été fait et bien fait « ande ci ak Deug, Fit, Fayda, Jom »

La réponse qui sera donnée par PASTEF LES PATRIOTES aux Sénégalais à l’occasion des prochaines élections municipales, voire législatives et présidentielles occupera très prochainement une large place dans les débats stratégiques au sein de la classe politique.

D’ici là dem lene binduji

#PASTEF
#bindujijotna

Abdou SONKO

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *