Par devoir de patriotisme( Par Prof Alassane Diédhiou)

Le dimanche 20 septembre 2020 à Ziguinchor, Monsieur Doudou KA Administrateur du FONGIP, a tenu une conférence de presse pour s’exprimer sur les thématiques suivantes : les inondations, les réalisations du FONGIP en Casamance, les sorties contre ses adversaires politiques et l’annonce officielle de ses ambitions politiques pour Ziguinchor. En tant que responsable  de Pastef à Ziguinchor et ayant des ambitions pour cette région, mon sens élevé du patriotisme m’amène à apporter des précisions sur les propos tenus par Monsieur Doudou KA.

L’objectif de ce papier est donc double. Il consiste, d’une part, à une analyse minutieuse de la conférence de presse de Monsieur Doudou KA. D’autre part, ce papier vise à rétablir les faits afin d’aider les Ziguinchorois à distinguer les patriotes proches du peuple à des aventuriers politiques en quête de notoriété. Mais au préalable rappelons les faits afin d’y apporter une analyse adéquate.

Au sujet, des inondations vous avez souligné : je vous cite « D’une manière générale, il existe dans chaque localité, des zones habitables et des zones dites non aedificandi et qui sont généralement considérées comme des bassins de rétention, des bassins versants ou des canaux d’évacuation des eaux pluviales. Malheureusement, des études préalables n’ont pas été menées dans la plupart de nos villes et de nos départements, de façon qu’à ce jour, seules 7% des communes du Sénégal disposent d’un Plan d’Urbanisme de détail. Or, c’est précisément ces Plans d’urbanisme de détail qui doivent porter les Plans de Drainage des Eaux pluviales. C’est dire que dans la plupart des cas, on a laissé les populations occuper les zones naturelles de passage ou de stagnation des eaux, pour ensuite chercher des solutions techniques aux problèmes engendrés par cette situation. »  Qui est responsable de cette négligence et de ce manque de vision prospective ?  Dans vos propos vous chargez les autorités municipales, notre frère le Maire Abdoulaye BLADE pourra répondre au besoin, mais à notre humble avis nous vous rappelons que cette responsabilité est partagée (Etat et Mairie). D’ailleurs, vos propos viennent confirmer l’analyse que nous avons faite, lors de notre dernière sortie, sur votre orientation politique dépourvue d’anticipation et de planification et qui n’est rien d’autre qu’une politique transformiste fondée sur la gestion des urgences. Sur cette base, avez-vous le droit de vous positionner en donneur de leçons tout en dénigrant au passage le livre d’Ousmane SONKO « Solution » ? Si c’est par une volonté manifeste de mettre en exergue une jalousie mal placée, sachez que cela ne vous grandit pas. Nous vous avons écouté décliner votre parcours honorable mais je me permets de vous rappeler qu’on ne se grandit pas par la fonction qu’on occupe mais on doit être digne de cette fonction. De plus, votre attitude envers le livre du Président Ousmane SONKO confirme que vous êtes réfractaire à une dynamique politique réformiste qui propose des solutions endogènes aux problèmes des populations en partant de leur vécu. Enfin, il n’est pas surprenant que votre intervention sur les inondations n’a aucune valeur ajoutée comparé au diagnostic très exhaustif fait par le Président Ousmane SONKO sur la question.

 

Votre conférence de presse de ce 20 septembre 2020 a été pour vous une occasion réelle de faire le bilan des réalisations de votre mentor le Président Macky SALL en Casamance mais aussi de mettre en exergue les aspects quantitatifs de vos réalisations au niveau du FONGIP. Nous vous félicitons pour l’exercice de communication mais ne pouvons passer sous silence le fait que vous puissiez vous glorifier des routes et des ponts construits par le gouvernement. A quoi sert le budget que le peuple a alloué au gouvernement par le biais de l’Assemblée nationale ?  D’ailleurs, c’est le contraire qui aurait étonné. Nous tenons également à ce que vous puissiez questionner les raisons véritables de votre défaite dans la région de Ziguinchor malgré tous les investissements consentis ? En passant ne vous attendez pas chers lecteurs à ce qu’il vous présente les vraies raisons puisqu’il les ignore. Pour preuve, il justifie leur défaite à la présidentielle par le taux de participation élevé au niveau de la région par rapport au niveau national soit une différence de 12 points. Pour Doudou Ka ce saut quantitatif n’est pas le fruit d’un éveil de citoyenneté des Ziguinchorois mais juste le désir d’une franche de la population de soutenir un fils de la région qu’il qualifie d’illusionniste. Nous estimons que ces propos sont extrêmement graves car, en dehors du fait qu’ils jettent le discrédit sur un homme de valeur, ces propos dénotent un manque de respect et de courtoisie à l’endroit des populations ziguinchoroises qui ont porté majoritairement leur choix sur le Président Ousmane SONKO.

Monsieur Doudou KA, vous ne pouvez pas nourrir l’ambition de diriger les populations du département de Ziguinchor en ayant peu de crédit pour la majorité qui n’a pas voté pour votre leader le Président Macky SALL. Ressaisissez-vous les élections locales ne sont pas les présidentielles. Plus grave dans votre conférence de presse, vous qualifiez les sénégalais qui adhèrent ou à la limite qui suivent le discours du Président Ousmane SONKO de personnes qui raffolent de contrevérités. A cet effet, je vous cite : «Ces aventuriers politiques sont des spécialistes du discours-spectacle. On fabrique, à loisir, de la fausse monnaie intellectuelle pour mieux alimenter le marché des contrevérités dont raffole une partie du grand public ». S’ériger en donneur de leçon est encore tolérable mais lorsque vous manquez de courtoisie à l’égard d’une partie du grand public qui suit avec intérêt le discours du Président Ousmane SONKO, mon sens profond de l’éthique, m’amène à vous souligner qu’une telle attitude est inacceptable.

 

Monsieur Doudou KA, les raisons de l’échec de la coalition « Benno Bok Yakkar » à Ziguinchor sont à situer à trois niveaux :

 

  • Monsieur Doudou KA, les populations de Ziguinchor ne sont plus réceptives au discours du politicien investisseur qui gère l’Etat comme une propriété personnelle et qui use de la distribution d’argent, de postes dans l’administration pour se constituer un réseau de clients et de protégés qui bénéficiant du régime, se transforment en ses défenseurs et se battent pour en assurer la pérennité.
  • Monsieur Doudou KA, des indépendances à nos jours, il y a un paradoxe qui symbolise l’échec du développement en Casamance : la Casamance est un terroir insolemment riche et tristement pauvre. A titre d’exemple, la région naturelle de la Casamance a les taux de pauvreté les plus élevés : Ziguinchor 66,7% ; Sédhiou 68,3%, Kolda 76%. On a le même constat à Tambacounda 62,5% et Kédougou 71,3% en dépit de la richesse de son sous-sol (source : ANSD).

Quelle action le gouvernement a-t-elle menée pour faire baisser l’indice de pauvreté en Casamance ? Le véritable débat se situe à ce niveau. Tous ces organismes de financement FONGIP, ANPEJ ont-ils une fois fait une évaluation d’impact sur l’IDH, sur la réduction du chômage des jeunes ? La réponse à ces questions permettra de voir si on a investi l’argent du contribuable de façon efficiente.

  • Monsieur Doudou Ka, votre gouvernement doit changer qualitativement la vie des Ziguinchorois en développant dans la région un cadre propice au développement de l’agriculture et à la transformation des produits locaux. Vous avez échoué car, dans la région il n’y a pas une politique industrielle qui est mise en œuvre. Les chiffres à coût de milliards que vous avez annoncé avec fierté ne se reflètent pas sur le vécu de la jeunesse, des femmes en particulier et de la population dans sa globalité. Nous vous demandons en passant, combien de milliards sur les trois cent soixante promis lors du conseil des ministres tenu à Ziguinchor ont été investis.

 

En résumé, le débat sur le devenir de la Casamance et du Sénégal de façon générale est si présent que par moment il est noyé par le poids de la quotidienneté. Mais une chose reste certaine : la COVID 19 est venue mettre à nu les limites des politiques publiques menées dans cette partie sud du pays mais aussi l’incapacité ou le manque de volonté des dirigeants à promouvoir un cadre de vie propice et une économie dynamique.

En tout état de cause, la responsabilité de tels échecs ne peut être imputable seulement au Président de la République Macky SALL car, elle est partagée. En effet, les responsables politiques de la région de Ziguinchor n’apportent pas de solutions qui sont à la hauteur des attentes et exigences des populations.

Par ailleurs Macky Sall est en train de remercier intérieurement le Président Ousmane Sonko de sa visite à Ziguinchor car, cela a permis de faire sortir les responsables politiques de sa mouvance de leur profonde hibernation comme des ours affamés.

Nous terminons ce papier en témoignant, d’une part, aux populations de la région de Ziguinchor notre soutien durant ces périodes de pandémie de Covid 19 et d’inondation. D’autre part, nous soulignons qu’il est important que les dirigeants comprennent que toute innovation née de la capacité des leaders à percevoir le changement pas nécessairement comme une contrainte mais plutôt comme une opportunité.

 

Prof. Alassane DIEDHIOU

Coordonnateur adjoint départemental PASTEF/Ziguinchor

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *