Les portes du développement (Par Mamadou Lamine SANE)

Le Président Ousmane SONKO a lancé hier le programme VAP (Vacances Agricoles Patriotiques). Cela fait suite aux nombreux enseignements tirés de la pandémie du nouveau coronavirus (la covid-19).

D’ailleurs cette idée n’est pas du tout nouvelle. Déjà dans le livre vision « SOLUTIONS » et le programme politique JOTNA, le parti PASTEF a affiché et affirmé sa volonté de faire de l’agriculture l’un des principaux moteurs de notre développement économique et l’arme civile par laquelle il compte s’appuyer pour la reconquête de notre souveraineté nationale. En effet, pour reconquérir notre SOUVERAINETÉ, on doit impérativement assurer et garantir d’abord notre autosuffisance alimentaire afin de nourrir convenablement les Sénégalais qui représentent notre principale « matière première ». Le génie sénégalais est une réalité qu’il faut entretenir par l’éducation citoyenne, la formation adaptée aux contextes national et international, la nourriture bio et les soins de santé de qualité. Donc PASTEF mise avant tout sur les Sénégalais qui constituent notre premier facteur de production.

Alors, produire ce que nous consommons nous permettra, d’une part, de réaliser la substitution des importations qui est un mécanisme important pour équilibrer notre balance commerciale, toujours déficitaire depuis plus de soixante ans et, d’autre part, avec des productions importantes nous aurons les capacités de fournir de la matière première suffisante et bon marché à nos unités de transformation qui vont ainsi pouvoir créer des emplois dans le secteur secondaire et de la valeur ajoutée pour notre économie.



Le président SONKO n’est pas un démagogue. Je rappelle qu’il a toujours eu une conviction très forte du potentiel agricole du Sénégal comme du reste pour le secteur primaire dans son intégralité (pêche et élevage ainsi que leurs dérivés). A vrai dire ce secteur est un grand réservoir d’emplois pour la jeunesse qui souffre d’un chômage chronique et endémique avec un taux de chômage et de l’emploi précaire cumulé qui varie entre 70% et 90% parmi la population en âge de travailler.

Dans une situation comme celle du Sénégal, seuls un secteur agricole dynamique et un secteur secondaire en essor peuvent nous servir de leviers viables pour la réalisation de notre objectif de développement économique, social et culturel.

Oui nous pouvons nous fier au projet du président SONKO car l’homme croit en l’agriculture. Je rappelle que dans sa jeunesse en Casamance, il pratiquait déjà l’agriculture dans le cadre familial comme la plupart des jeunes Sénégalais issus de nos villages ou des régions périphériques. Aujourd’hui encore il continue de pratiquer l’agriculture.

Donc NOUS, Patriotes particulièrement la JPS, avons entendu, compris et approprié cet appel.

S’il plait au Bon Dieu on va défricher, labourer, cultiver et récolter partout au Sénégal. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest en passant par le Centre, on produira du riz, du mil, du maïs, du niébé, du sorgho, du manioc, de la patate, des légumes. Bref, nous produirons ce que nous consommons.

Les Sénégalais ont assez de subir les conséquences de la dépendance de tout genre.

Alors pour un Sénégal prospère et rayonnant, nous allons ensemble relever les nombreux défis qui nous attendent pour le développement économique, social et culturel du Sénégal voire de l’Afrique.

Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons, c’est là que commence tout processus de développement endogène.

Mamadou Lamine SANE, secrétaire administratif du BEN de la JPS
Coordonnateur communal de la JPS des Parcelles Assainies

Partager

Un commentaire

  1. Merci Mr sané de nous avoir proposé encore un thème très important : l’agriculture, comme l’a souligné le président Ousmane Sonko.je pense que, dans tous les pays développés du monde, l’agriculture occupe une place très importante comme disait Thomas Sankara, produisons ce que nous consommons et consommons ce que nous produisons.Donc,je crois que si on prend la région de la Casamance où la terre est très généreuse, peut faire l’affaire.ça peut également créer beaucoup d’emploi, les jeunes diplômés,les chaumeurs et ça nous permettra dimporter et d’exporter nos produits comme le Brésil avec son café et la
    Chine.Donc,on est très heureux de cette belle initiative du président Ousmane sonko et kalla lui accorde le pouvoir et la chance de réaliser tout son rêve pour qu’on ait un Sénégal prospère..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *