Le Niger cogne la France et se démarque (Par Ansou SAMBOU)

L’état nigérien a pris une décision de haute portée symbolique qui fait plaisir aux panafricains et à tous les africains en quête d’autodétermination et militant d’une Afrique affranchie de la domination post coloniale et néocoloniale.

L’hymne nationale écrite par un français en 1961, puis composée par un français, est aujourd’hui contestée par les nigériens pour ses références coloniales trop poussées. Du coup, ils ont décidé de la récrire et de confier la composition à la chanteuse Aïchatou Ali Soumaïla icône de la nation nigérienne.

En effet un comité formé de personnalités politiques et cultuelles est mis en place pour repenser et proposer une nouvelle hymne avec cette fois, pas un fond de la mentalité coloniale mais les valeurs et la culture nigérienne.

Le gouvernement pense pouvoir réécrire une chanson de guerre qui devrait galvaniser tous les citoyens nigériens et les militaires aussi.

L’idée, c’est de changer radicalement l’hymne ou en extraire certains mots et expressions pour y mettre un contenu moins gênant et plus représentatif de la nation nigérienne. Bref, une hymne qui leur parle.

Même sur quelques millimètres, les lignes bougent en Afrique.

Ansou SAMBOU, panafricain convaincu et militant politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *