Le COVID-19 ou la revanche du communisme

Face à la difficulté de l’Italie de juguler la crise liée au COVID-19, le Cuba, la Chine et la Russie sont venus à la rescousse de ce pays membre de l’union européenne et qui a fait un virage à l’extrême droite. Qui l’eut cru ?

L’Italie qui compte actuellement plus de 60 mille cas et pas moins de 5500 décès, est le pays européen le plus touché par la pandémie COVID-19. Face à la dramatique congestion de son système de santé, la bouffée d’oxygène est venue des trois pays précités ayant comme point commun le communisme. Cet état de fait inédit restera dans les annales de l’histoire ! Il incombera au peuple italien de se souvenir de cette leçon d’humanisme et d’éviter un ancrage au repli sur soi.

Le Cuba a acheminé une cinquantaine de médecins et d’infirmiers, rejoignant les brigades chinoises déjà sur place avec des masques et kits respiratoires et la Russie qui a envoyé une centaine de spécialistes en virologie.

Pourtant l’Italie a lancé un cri du cœur à ses voisins européens, sans suite. Au contraire la France et l’Allemagne ont même décidé de conserver les matériels médicaux de protection sur leur territoire ; Berlin décidant d’une ordonnance d’interdiction d’exportation et Paris signant un décret de réquisition. L’amitié et l’union à l’entendement européen, sont-elles valables uniquement quand tout va bien ? la réalité semble étayer cette thèse !

L’ingratitude et le repliement des pays composant l’Union Européenne, agissant en sauve-qui-peut face à cette crise, sont mis à nue. Cette crise touche l’essence même et les valeurs de l’Union européenne : libre marché, tolérance, solidarité…

Pourtant la crise financière de 2008 sonnait comme un avertissement concernant la fragilité de l’Union européenne. Cette dernière n’ayant accordé aucune circonstance atténuante à la Grèce qui voyait sa souverainnenté en sursis !

Le Commonwealth ne fait pas non plus figure d’exception. Souvenez vous de la demande d’amarrage d’un bateau britannique, avec à bord 5 personnes infectées par le virus, faite aux Bahamas, membre du Commonwealth. Ce dernier opposant un niet catégorique à cette requête. Finalement le salut est venu du Cuba.

Ce petit pays de 11 millions d’habitants, avec une économie précaire liée à l’embargo imposé par les Etats unis, est entrain d’agir comme une puissance incontournable ! Cette crise rebattra les cartes de l’ordre mondial avec un communisme audacieux et humaniste !

Le virus COVID-19 et le Cuba sont respectivement l’infiniment petit qui met à terre les grands et le pauvre qui relève dignement ces derniers !

Abib DIOP

Partager

4 commentaires

  1. « Le Cuba »? Mais que font les editeurs de cette plateforme? On dit « Cuba ». Tout simplement.

  2. Woow, vous avez su résumé la situation avec clairvoyance cher frère, fière de vous.

  3. Tout sera revu à la sortie de la crise. Tout.
    Même à l’intérieur des États Unis, le Congrès refusait au plan de relance de leur propre économie…… le Covid_19 n’a pas encore révélé tous les secrets.

    1. Analyse tres pertinente.Juste une reserve quant a l’usage du concept de communisme.J’aurais voulu par methodologie une definition de la semantique communisme.Cela nous aurait permis ,de qualifier la nature de l’aide apportee par ces pays au systeme politique problematique et sujet a question.Dans la perspective de l’article le communisme est le parangon ou le modele acheve de ce que doit etre un systeme politique.Et sous ce rapport in gros debat pointe a l’horizon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *