Le confinement général: les pré-requis urgents et indispensables

Si Macky Sall décide unilatéralement du confinement général, les stocks périssables de tous les magasins et commerces, seront jetés à la poubelle sans compensation. Conséquemment, les agents économiques vont suspendre toutes les commandes en cours; ce qui va générer une ruée sur les produits disponibles, une flambée de leur prix et leur épuisement immédiat.

Une fois la chaîne d’approvisionnement rompue par l’annulation massive des commandes, il faudra des mois pour revenir à une situation normale même après la levée de l’État d’urgence et la fin du confinement.

Notre société peut elle encaisser ce choc avec résilience, discipline?

Je propose une phase de transition d’une semaine avant le déclenchement du confinement général et la mise en oeuvre des mesures d’accompagnement social ci-après:

  • Paiement immédiats des salaires publics et privés pour faciliter l’approvisionnement en perspective du confinement.
  • Suspension du paiement de toutes les factures d’eau et d’électricité d’un montant inférieur à 70000f pour donner du pouvoir d’achat aux non salariés aussi.
  • Suspension du paiement tous les prêts dus aux banques par les ménages notamment ceux endettés auprès des institutions de microfinance.
  • Défiscalisation de tous les produits d’hygiène et détergents (javel, savon, madar…)
  • Suppression des droits de douane et de la TVA sur tous les produits de première nécessité (lait, riz, tomates, sucre, huile…)
  • Interdiction de tous les déplacements inter agglomérations sauf nécessité dûment appréciée par les forces de l’ordre déployées sur les routes.
  • Couvre-feu à partir de 21h jusqu’à 7h du matin

Toutes ces mesures coûtent excessivement chères, mais seront beaucoup plus supportables pour l’État qu’une contagion massive impliquant le traitement de millions de personnes.

Sans ces pré-requis, tout confinement pourtant si obligatoire, sera combattu par les populations.

La CEDEAO et l’Afrique doivent convoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’Onu pour déclarer le coronavirus Covid19 au titre du Chapitre 7: « une menace à la paix et la sécurité internationales ».

L’Union Africaine doit aussi décréter l’état de nécessité pour inciter à la suspension du paiement de la dette par les pays africains, afin que la charge qu’elle représente sur le budget, soit reversée immédiatement dans la lutte contre le coronavirus.

Nos pays sous-développés ne s’en sortiront pas seuls.

#jeproposedessolutions

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *