Le commerce «triangulaire» réinventé (Par Citizen Ly)

Rien ne se perd, tout se transforme a-t-on l’habitude de lire. Autrefois, ils débarquaient sur nos côtes, commerçaient avec nos Rois et royaumes, repartaient avec nos ancêtres à bord de leurs grands voiliers. Ils achetaient «le produit humain» en contrepartie de pacotilles, de vins et d’objets sans valeur.

On nous a appris que l’esclavage est aboli en 1848. Moi je crois fermement que c’est la traite négrière qui a été abolie et non le commerce dit triangulaire. Pourquoi ? Parce que l’esprit demeure. Le modèle a été mis à jour pour répondre aux exigences de la modernité.

Le besoin de développer leurs terroirs a été le mobile de ce crime perpétré par les anciennes puissances colonisatrices. Ce besoin est encore réel. Elles comptent se développer en s’appuyant sur l’Afrique et ses ressources.

Aujourd’hui, le commerce «triangulaire» est exécuté sous une autre forme. Les voiliers sont remplacés par les tankers, les navires et les avions qui décollent de nos territoires remplis de nos ressources minières, pétrolières, gazières et agricoles. Quid des pacotilles et vins qu’ils offraient à nos rois? Le modèle est toujours de rigueur : offrir aux dirigeants africains tout ce qui peut faire perdre la raison. Les commissions lors des négociations, les comptes offshore, les commodités d’une vie de luxe, tout y passe pour qu’ils bazardent nos ressources.

A l’image d’Edouard Philippe, premier ministre de la France, qui « prête » un sabre au « Roi Djimbory » du Sénégal pour récolter 6 juteux contrats (armement, avions, etc.) pour les multinationales françaises. Tout ceci en 48h!

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *