L’année scolaire 2019/2020 est-elle compromise au Sénégal ?

Avec la multiplication des cas communautaires et la propagation rapide du coronavirus, les millions d’élèves et étudiants du pays craignent une année blanche ou invalide. 

Le principe d’équité semble militer pour une fermeture immédiate des classes et une reprise au mois d’octobre 2020.

Si nous savons tous qu’il y a des milliers d’élèves qui travaillent dans des huttes du paléolithique communément appelées  » abris provisoires « , prolonger l’année scolaire reviendrai à bafouer le principe élémentaire de l’équité.

Nous savons tous que dès le mois de juin beaucoup d’écoles du Sénégal ferment leurs portes à  cause de la saison des pluies. Impossible de travailler dans des salles de classes de fortune. Le problème n’est pas inhérent qu’aux écoles rurales, celles de certaines grandes communes  urbaines ne sont pas épargnées. On peut citer l’école Ibou Camara, François N’tab, CEM Malick Fall de Ziguinchor…

Dans ces conditions, prolonger l’année scolaire revient  non seulement à compromettre la lutte contre le virus, mais  aussi à priver les élèves habitant les zones rurales qui constituent par ailleurs une main d’œuvre importante pour les travaux champêtres d’éducation. 

Donc pour arranger tout le monde je m’inspire de l’année scolaire 2011-2012, et propose ceci: 

 1- Que l’on ferme les classes pour les rouvrir le 1er octobre pour terminer le second semestre.

 2- Sacrifier les congés de Noël pour  évaluer en décembre.

 2- Rentrée de l’année scolaire 2020/2021 le lundi 04 janvier 2021.

Souleymane Mané professeur d’histoire et de géographie au Lycée Aline Sitoé Diatta d’Oussouye.

 


Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 commentaires

  1. Proposition raisonnable et equitable. Malheureusement, quand peu d’attention est accordee aux parties du pays ou les enfants etudient toujours dans des huttes (je prefere vraiment ce terme que tu as utilise a celui de d’abris de fortune dits provisoires), il ne serait pas surprenant que le gouvernement ne mette pas sur la balance le sort de ces enfants au moment de decider de la suite de l’annee scolaire.

  2. Le pays va inéluctablement vers une année blanche ou invalidée
    Tes propositions sont raisonnables et réalistes

  3. Oui, très bonne proposition, qui respecte l’égalité des chances, mais surtout le principe de la précaution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *