Jeudi Noir N°93 : Covid19, virus naturel ou conséquence d’une manipulation biologique ?

Guerre biologique ou pandémie naturelle ? En tout cas l’après COVID-19 risque d’être aussi difficile sinon plus que la crise économique de 2009. Il y a cependant une chose qui me turlupine : la communication autour de cette maladie est à la fois stressante et mystérieuse !

D’abord sur les origines de ce virus : on nous parle de chauve-souris ou de pangolins ayant contaminé des hommes dans la zone de Wuhan en Chine, mais on occulte le fait qu’il existe non loin du foyer à Wuhan un institut de virologie de type P4 (haut risque) pratiquant des manipulations biologiques à vocation stratégique. Ce n’est sans doute pas un hasard que le 14 février dernier, le Major militaire Chen Wei responsable Chinoise de la guerre biologique ait été nommée à la tête de ce laboratoire !

Tout le monde sait que les raisons militaires ne se communiquent pas, au contraire il faut désinformer. De plus il y a déjà eu en Chine des erreurs de manipulations qui ont conduit à une série de contaminations mortelles, mais à une faible échelle (une dizaine de personnes). Tout le monde sait aussi qu’il y a eu un livre écrit il y a plusieurs années parlant d’armes biologiques produites au Wuhan. Une fiction bien sûr, mais si proche du réel ! N’oubliez pas le livre Katiba écrit par un ambassadeur Français au Sénégal et qui s’inspirait lourdement d’une réalité du contexte djihadiste du Sahel.

Tout le monde sait qu’il y a eu tentative pour bloquer les informations en provenance de Wuhan, y compris celles relatives au nombre de morts, jusqu’à ce qu’une vidéo virale montrât l’hécatombe dans un hôpital qui ressemblait à un mouroir. Ensuite cette précipitation pour construire des hôpitaux en dix jours, prouesse jamais égalée pour recevoir un nombre incalculable de malades… pouvait il s’agir d’une grippe à coronavirus ?

Les experts reconnaissent que le virus n’est pas tout à fait de ce type et, qui plus est, il mute très rapidement ! Le Dr Li, un Chinois, a tenté d’alerter sur la dangerosité et sans doute sur les origines du virus, mais il a été tancé par ses supérieurs puis, comme par hasard est mort peu après… du COVID-19, c’est l’information donnée. C’est quand même étrange.

Ensuite la dangerosité : On compare ce virus à celui de la grippe dite espagnole qui avait fait plus de 50 millions de morts en 1918, pourtant on s’évertue à dire que sa mortalité est de 2%, donc très faible. Alors pourquoi cette nervosité extrême des dirigeants du monde ? Trump a interdit pour 3 mois les entrées européennes sur son sol (hors britanniques), les vénézuéliens interdisent l’arrivée de tout étranger, Merkel annonce ce 10 mars à son Parlement que 60 à 70% des Allemands seront contaminés ! La plupart des pays au monde ont restreint sérieusement, voire stoppé les mouvements internationaux, tel le Koweit qui ne reçoit plus de vols internationaux, ni n’en émet. La Chine a mis en quarantaine, tenez-vous bien plus de 59 millions de personnes, soit trois villes entières et l’Italie une ville entière. Confinement total des populations !

Ces dispositions sont autrement plus draconiennes que celles prises sous Ebola, pourtant réputée plus mortelle, autour de 40% ! Qu’on nous dise donc où est l’énigme. Comment s’étonner dans ces conditions de la panique qui gagne les populations dans le monde ? Je m’étonne plutôt de l’insouciance de nos compatriotes ! Quel dommage de voir notre Président s’amuser à « donner du coude », en guise de salutation, d’une manière amusée, pendant que toutes les personnes responsables de ce monde se posent des questions innombrables, qu’on devrait sonner la mobilisation générale.

Enfin, aucune alarme officielle des institutions internationales quant à l’impact sur l’économie mondiale. Je suis pour cette raison habilité à penser que la durée de cette pandémie n’est pas maîtrisée. Les victimes en PME et PMI seront toutefois très nombreuses, avec leurs cohortes d’emplois perdus et le tourisme va ouvrir le bal. La baisse extraordinaire du baril à 31 dollars est l’arbre qui cache la forêt de misère qui doit suivre. Que faire ? Les marges de manœuvre sont réduites. Il y a les dispositions réglementaires à caractère obligatoire d’une part et les recommandations d’autre part:

  • sur le plan sanitaire: précautions d’usage individuelles (mains, surveillance des symptômes, éviter les regroupements), au plan collectif, interdiction des grands rassemblements religieux cette année; surveillance des frontières avec implantation d’unités de quarantaine dans les aéroports,
  • sur le plan économique : refuser les visas de touristes de masse qui multiplient les risques avec peu d’impact économique, n’accepter que les visas d’affaires et le tourisme de luxe, inviter à consommer les produits locaux plutôt que ceux importés,
  • inciter nos compatriotes expatriés à rester dans leurs pays d’accueil jusqu’à nouvel ordre et réduire nos déplacements à l’extérieur à ceux qui sont indispensables.

Cette pandémie est sérieuse et le Sénégal a besoin d’une prise en main responsable de ce risque. Il faut souhaiter que l’arrivée de l’été en Europe et en Asie fasse décliner ce virus, mais rien n’est moins sûr. En tout cas, si c’est le scénario à venir, alors on pourra penser qu’il s’est agi d’un virus « naturel » et souffler de soulagement. Dans le cas contraire, les craintes d’une manipulation biologique foirée se seraient avérées.

Qui vivra verra ! Que Dieu nous préserve.

Bruno D’Erneville

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *