Jeudi Noir N°91 : 2035, un rendez-vous avec Macky Sall ou année de l’émergence du désordre généralisé ?

C’est l’entrée dans le Carême pour tous les Chrétiens du monde. Sûrs de Ton Amour, effort de notre Foi, Seigneur nous te prions, et plus encore aujourd’hui pour notre pays.

Au Sénégal nous vivons les affres d’une gestion aussi hasardeuse que dangereuse. N’a-t-on pas vu récemment le FMI tirer la sonnette d’alarme pour risque de surendettement du Sénégal ? Lui qui naguère donnait encore des satisfécits à notre pays a fait un virage à 180° ! C’est pour mieux préparer l’opinion à des politiques de restrictions budgétaires à venir. Bonjour les dégâts ! Nio Lank, vous allez, nous allons devoir nous armer de patience car le thermomètre va encore monter on dirait, au sens propre comme au figuré.

Par ailleurs le Syndicat des présidents Africains prompt à venir au secours des anciens potentats a cédé la place au Club des copains, plus restreint mais ayant les mêmes desseins: s’imposer aux peuples et maintenir coûte que coûte les amis. Les méthodes sont plus modernes car la technologie est au service de la « démoncratie » (terme emprunté de JA).

L’ année 2035 ? Cela rappelle quelque chose, non ? Une échéance d’émergence au Sénégal ? Une date que Boun DIONE vient de lier à la fin du mandat de l’actuel locataire du Palais, tiens tiens …Mais ce que l’on sait moins, c’est aussi une date d’échéance donnée par la CIA américaine pour l’Afrique et le monde. En 2017, en effet, TRUMP a hérité en arrivant à la Maison Blanche d’un rapport de la CIA intitulé « Le paradoxe du progrès « . On y annonce outre l’instabilité durable et des ajustements politiques, économiques, sociaux et écologiques en Afrique, des manifestations de violence, une création de richesse sans emplois, ainsi que des effets délétères d’une corruption et d’une mal gouvernance qui, combinées aux poussées démographiques, à la jeunesse des populations et aux technologies de communication seront des sources de remous. Elles s’ajouteront aux tensions ethniques et extrémismes religieux de tous poils qui vont prospérer ! Cette échéance serait donc celle de l’émergence du désordre généralisé, semble-t-il. On comprend alors aisément pourquoi TRUMP a classé l’Afrique comme « une merde » (bullshit). Le rapport soulignait pourtant quelques avancées démocratiques mais qui selon des experts ont été stoppées et amorcent maintenant un RECUL ! L’ Afrique sera donc prochainement, pour la CIA, un laboratoire d’expérimentation pouvant mener au chaos ou à une renaissance.

Pour l’heure les populations de ce continent sont utilisées comme cobayes d’expérimentation de méthodes thérapeutiques; EBOLA en a été une occasion évidente (selon eux). J’y ajoute qu’aujourd’hui le COVID-19 en sera une seconde occasion. Voilà que mes Jeudis noirs rejoignent donc ce rapport du National Intelligence Council (NIC) américain, mais a travers mes pointes d’humour et d’ironie, je suggère des solutions et parfois des attitudes pour montrer que ce qui ressemble à un mauvais sort qui s’acharne sur nos populations ne l’est pas si nous prenons de bonnes options. TRUMP, après avoir adopté une première attitude de dégoût (parfaitement compréhensible) a clairement opté maintenant pour du réalisme économique. Mike Pompeo, visitera donc cette « merde » … pour en tirer profit. Pourquoi pas Donald, si ce n’est toi, ce serait ton frère Picsou de toutes les façons, et puis ne dit-on pas « l’argent n’a pas d’odeur » ? Prenez, servez vous pendant qu’il est temps.

Mais il faudra désormais se préparer à l’une ou l’autre de deux issues opposées suivantes, sans qu’aucune ne nous laisse échapper à la violence:

1/ Acceptons-nous de laisser la classe politique actuelle poursuivre son « oeuvre » socialement injuste, économiquement inefficace et moralement violente, nous irons droit dans le mur, duquel nous sortirons par la violence. Le peuple dans la rue, les pavés contre les lacrymogènes et gare à la fin des munitions ! Les prémices sont déjà perceptibles, et cette violence se présente comme jamais nous l’avons vécue. Les dirigeants n’en sortiront pas indemnes ni même les classes aisées qui cristalliseront les rancoeurs.

2/ L’autre option surviendrait si les forces du changement (opposition, société civile, jeunesse exaspérée) voulaient imposer leur volonté, elles se heurteraient à une administration aux ordres qui leur opposerait la violence légale. Encore le chaos. Nous l’avons d’ailleurs échappé belle en 2019 et ce fut, on peut le dire avec fierté aujourd’hui, grâce à la combinaison des attitudes responsables du candidat SONKO et d’une majorité des membres de sa coalition.

Cependant nul besoin de faire de la divination pour affirmer que des tensions graves vont arriver malheureusement. L’incident du Parc de Hann cette semaine, si ce n’est son caractère anecdotique et pathétique a sous ce rapport tout d’un symbole. Un lion exaspéré par son bourreau – qui arrondit ses fins de mois en lui arrachant ses poils – a décidé de mettre fin au cinéma et le bras du tortionnaire a failli y rester. L’adage dit, tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se brise. Continuez donc à arracher impunément les biens de votre peuple soumis, le réveil sera d’autant plus terrible qu’il sera imprévisible, 2035 sera bien une date butoir.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *