Guy Marius Sagna : exigence de libération après 80 jours de détention arbitraire

Guy Marius Sagna croupit depuis 80 jours maintenant derrière les verrous au Camp pénal de Liberté 6.  Le leader du mouvement « Frapp-France Dégage » avait été interpellé le 29 novembre lors d’une manifestation devant les grilles du palais présidentiel à Dakar contre la hausse du prix de l’électricité. La colère de ses partisans et de l’ensemble des organisations de défense des droits de l’homme ne faiblit pas surtout que les juges ont décidé de le maintenir en détention provisoire, tout en libérant tous ses camarades qui ont été interpelés pour les mêmes raisons et dans les mêmes conditions.

L’acharnement du pouvoir sur la personne de Guy Marius Sagna ne s’arrête donc pas puisque, en pison, il souffre d’un traitement singulier, privé de son droit aux appels tous les 15 jours, au même titre que les autres détenus, encore une violation flagrante de ses droits de détenu.

Le nom de Guy Marius Sagna est scandé dans toutes les manifestations contre la hausse du prix de l’électricité, de NIO LANK comme de AAR LI NIOU BOKK et le « Libérez Guy Marius Sagna ! » d’une militante lors du discours du président Macky Sall à Londres résonne encore dans la tête des partisans et militants APR.

Moustapha Diakhaté, ancien ministre conseiller du président Macky Sall, a été très critique à propos de ce maintien en détention. Cela lui a valu une exclusion des rangs du parti au pouvoir.

« Le schéma était clair, c’était de museler Guy Marius Sagna, surtout pour son engagement panafricain. C’est ça qui fait vaciller le pouvoir en réalité», a déclaré le rappeur Thiat du mouvement « Y’en a Marre ».

«Manifester devant les grilles d’un palais de la République, au XXIe siècle, ne doit pas être un motif pour retenir les gens aussi longtemps. C’est un pouvoir complètement affolé, qui perd son sang-froid pour un oui ou pour un non… C’est symptomatique, en tout cas, du manque de sérénité de ce pouvoir», a déclaré le Président Ousmane SONKO

Plusieurs mouvements panafricains dans le Diaspora continuent de dénoncer cette arrestation arbitraire et appellent à des manifestations pour exiger la libération immédiate de Guy Maruis Sagna.

Récemment, le Front pour une révolution anti impérialiste populaire et panafricaine (Frapp) – France Dégage a saisi les instances internationales telles que l’ONU, la Cour de justice de la Cedeao et l’UA pour tirer pour Guy Marius des mains de la justice sénégalaise. 

«Le vœu de l’État, c’est de le virer de la fonction publique, parce qu’au-delà de six mois de détention, il pourrait être radié et son salaire coupé», a révélé Ousmane Wade, le délégué général du mouvement. Une preuve de plus, s’il en est besoin, d’une absence de sérénité de Macky Sall, de son administration et de sa justice aux ordres.

JotnaNews

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *