« Et pourtant elle soigne ! » Raoult subira-t-il le sort de Galilée ? (Mouhamadou Sarr)

Galiléo Galilée, ce mathématicien, physicien qui a fait de l’astronomie une science pure est née en 1564 à Pise en Italie. Il eut d’abord reçu une éducation religieuse avant d’entamer des études en médecine mais cette discipline ne l’attira pas autant que les mathématiques qu’il finira par faire la base de son activité principale. Ses longues années de travail sur ces dernière lui avaient permis d’émettre de nombreuses théories sur la gravité et le mouvement des corps solides. Galilée fut aussi l’inventeur du pulsomètre, un appareil qui permet de mesurer les rythmes cardiaques. L’invention de la pompe à eau, la théorie de la loi des mouvements, l’observation de l’étoile « super nova », l’observation de la planète Jupiter et l’invention de la lunette astronomique firent de Galilée le premier physicien moderne de l’univers.

En ce qui concerne la théorie qui fut l’origine de ses déboires vers la fin de sa vie, intéressons nous à son maître à pensée, Copernic. La philosophie de Galilée était inspirée par le père de la théorie de l’héliocentrisme : la terre n’est pas le centre du monde, elle gravite avec d’autres planètes autour  du soleil. Cette théorie sera d’ailleurs publiée 40 ans plus tard car craignant la fureur des religieux qui considéraient jusque là le géocentrisme d’Aristote et de Ptolémée (qui postulaient que la terre était au centre de l’univers). Mais Galiléo n’échappa pas à la sanction que craignait son mentor. Aller en l’encontre des théorèmes d’Aristote lui a valu une assignation en résidence surveillée. Même si la fameuse phrase « et pourtant elle tourne » qu’on lui assigne n’est que pure légende selon certains historiens, la pensée de Galilée a quand même bouleverser notre vision de l’univers.

D’autre part, nous nous intéressons au récit d’un médecin, virologue, épidémiologiste français, professeur de microbiologie à la faculté de Marseille et non moins  directeur du centre des maladies infectieuses de l’IHU Méditerranée infection. Didier Raoult est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont « Epidémie, vrais dangers et fausses alertes » publié en 2020. A travers ses publications dans « nature », une des références des revues scientifiques,  Dr Raoult est devenu un leader mondial dans son domaine et est surnommé le pape de la virologie par ses compères.  N’hésitant pas de prendre position à des sujets à controverse, le professeur est souvent peint en anticonformiste par ses éreinteurs. Pendant la pandémie du covid19, il a tout le temps été au cœur de l’actualité car étant l’un des premiers à s’épancher sur le sujet. Il a très vite annoncé la couleur en partageant la stratégie à adopter à savoir « un diagnostic précoce, un isolement précoce et un traitement précoce ». Cette stratégie a permis à l’IHU Méditerranée de réaliser 135.000 tests jusque là et sans doute le nombre de tests le plus élevés par zone en France. Mais sa proposition la plus médiatisée qui a suscité des débats enflamés dans le monde entier est l’utilisation de l’ hydroxychloroquine en association avec un antibiotique, l’azithromycine comme traitement de malades atteints de covid-19. Ce traitement doit être prescrit nous precise-t-il à des patients d’un état intermédiare, c’est à dire des patients qui ne sont ni asymptomatiques ni dans un état clinique sévère. De ce fait, le corps médical était divisé, certains ont adopté la stratégie, d’autres plus sceptiques craignaient des effets secondaires à l’endroit des malades. En fait les orthodoxes du domaine lui reprochaient de ne pas respecter la procédure à laquelle devrait être assujétie l’introduction d’un nouveau médicament tout en sachant que le temps ne le permettait pas. Malgré cela, le Dr Raoult fonce à belle dent, et quelques semaines plutard la stratégie semblait être payante car l’IHU de marseille présente un taux de guérrison élevé de plus de (92% – 95%) et un  taux de mortalité faible de moins de 1% (https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/04/Table_final_website_IHU_09_04_2020.pdf). La deuxième vague de critiques ne va pas tarder, cette fois-ci elles sont de natures différentes. Les pyrrhoniens lui accusent de ne pas avoir assez d’échantillons pour en faire une étude crédible. Selon eux, 1061 patients ne suffisent pas dans une étude de cette envergure et d’en tirer ces conclusions. Les plus saugrenus postulent que l’étude a été réalisée que sur des patients jeunes d’où ces bons résultats. Le derniers revers qu’aurait essuyé le traitement de Roult venait de la revue scientifique, « the lancet » à travers laquelle, des chercheurs qualifient le traitement d’inéfficace voire même néfaste sur la santé des patients. Toutefois le Professeur Raoult persiste et signe et à la diligence de ses détracteurs il publia le 27 Mai sa dernière étude avec un échantillonnage de 3737 patients mettant aussi en exergue les différentes tranches d’age des patients traités (https://www.mediterranee-infection.com/early-diagnosis-and-management-of-covid-19-patients-a-real-life-cohort-study-of-3737-patients-marseille-france/). Cette dernière venait de confirmait les résultats obtenus à la précédente étude.

Parallèlement à l’histoire de Galilée, nous pouvons observer que les enjeux changent avec l’évolution du monde. Si au 17e siecle ils étaient purement religieux, aujourd’hui ils sont d’ordre capitalistique. Le traitement que propose Roult coûte moins de 15 euros par semaine et qu’ en 2019, 36 millions de comprimés à bases d’hydroxychloroquine ont été consomés dans le monde et personne n’a évoqué leur toxicité ou leurs effets secondaires sur les patients. Il y a donc une volonté manifeste de s’abreuver sans état d’ame dans la rivière de larmes des plus faibles. Même si l’OMS ne recommande pas l’utilisation de la chloroquine comme traitement contre le covid-19 malgré les bons resultats obtenus partout dans le monde y compris au sénégal, le professeur Raoult semble être solide dans ses convictions et compte aller jusqu’au bout comme nous le relate la légende de Galilée.

Mouhamadou Sarr,

Membre de la commission communication de Pastef Canada

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *