COVID-19: Tests à grande échelle ou l’illusion d’une solution, par Mamadou Yauck

Quelques semaines après l’apparition du virus à Wuhan, au Centre de la Chine, et à la suite de sa propagation dans le reste du pays, les autorités en charge de la réponse faisaient face à un autre problème : le manque de kits de tests d’anticorps. Il était tout de suite évident que la Chine, première exportatrice mondiale de réactifs PCR, n’était pas dans les dispositions logistiques/physiques de répondre à un besoin pressant d’une politique de tests à grande échelle.

Lorsque ce nouveau coronavirus s’est propagé, naturellement, dans plus d’une centaine de pays, les autorités politiques et sanitaires se sont très vite confrontées à la même question de la disponibilité et la dissémination des kits de tests. Aux États-Unis, l’administration Trump, après avoir annoncé la disponibilité de 1.4 millions de kits de tests vers la mi-mars (https://abcnews.go.com/Health/wireStory/trumps-big-promises-covid-19-fall-short-69718670), s’est très vite rendue compte qu’une telle promesse ne tiendrait point face à la réalité d’une faible capacité de production mondiale couplée aux distorsions dans les chaines de distribution. Une semaine après cette annonce, et quatre semaines plus tard, les États-Unis n’ont toujours pas réglé la question des tests.

Le Sénégal réalise en moyenne 500 tests par jour sur des cas dits contacts. Une politique de tests à grande échelle serait tout simplement illusoire pour la simple raison qu’il nous faudrait au moins sept (7) bonnes années pour tester toute la population, dans l’hypothèse que les tests réalisés passent de 500 à 5000 kits par jour. L’option d’un test à grande échelle pour contrôler la propagation du virus est juste physiquement irréaliste.



Le second argument en défaveur d’une politique de tests à grande échelle est simplement scientifique. Les méthodes de tests utilisées ont leurs propres limites, souvent résumées à l’aide de deux termes : sensibilité et spécificité. La sensibilité d’un test évalue sa capacité à donner un résultat positif lorsque la personne a réellement les anticorps du virus, tandis que la spécificité mesure sa capacité à donner un résultat négatif lorsque la personne n’a réellement pas les anticorps du virus. Prenons l’exemple d’un test de détection d’anticorps du coronavirus développé par l’entreprise américaine Cellex, une référence dans le domaine, et approuvé par le U.S. Food and Drug Administration (https://www.fda.gov/media/136625/download). Dans le document référencé, Cellex déclare que le test qSARS-CoV-2 IgG/IgM a une sensibilité de 93.75% et une spécificité de 96.40%.

Pour donner un sens à ces deux chiffres, prenons l’exemple d’une population d’un million d’individus frappée par le virus. Supposons que 5% (50.000 individus) de la population est réellement infectée, et a développé les anticorps du virus. Une sensibilité de 93.75% signifie le test a détecté le virus chez 47.000 individus qui étaient réellement infectés. Par ailleurs, une spécificité de 96.40% signifie que 34.000 individus qui n’étaient pas réellement infectés sont déclarés porteurs des anticorps du virus. Ainsi, selon les hypothèses sur la taille de la population et la prévalence des anticorps du virus, et sur la base de la performance du test de Cellex, un individu déclaré positif a (approximativement) une chance sur deux de ne pas être porteur des anticorps du virus. C’est un résultant effarant, à tout point de vue.

Combattre l’ennemi invisible requiert une stratégie nationale cohérente et coordonnée, qui allie à la fois réalisme physique et soubassement scientifique.

 

Mamadou Yauck
Membre de la commission Communication, PastefCanada

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

  1. Camarade!
    Le mieux, je pense est de privilégier le dépistage massif, même s’il n’est pas exhaustif de Dakar et sa banlieue et Touba. C’est vrai qu’un test biologique s’interprète toujours en fonction d’un contexte clinique/ épidémiologique. Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer l’importance du testing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *