Coronavirus, le bon prétexte ?

Les moments de crise sont des moments d’expression de leadership !

On dirait que le Chef de Keppar l’a si bien compris. Il s’est déclaré Général et est à la fois sur le front national et international. Mesures sanito-sécuritaires, mobilisation de fonds, acheminement de l’aide alimentaire, annulation de la dette, autant de sujets qu’il passe en revue ces derniers jours. En bon citoyen, nous devons lui souhaiter plein succès mais lui en bon Chef doit veiller à ce que les actions déployées sur le terrain coïncident strictement aux attentes du peuple de Keppar. L’expérience que nous avons de son leadership est amère mais permettons-nous d’être optimiste et croire qu’il finira par tenir le taureau par les cornes.

Le combat pour l’annulation de la dette contenu dans son agenda international est encore timide à l’échelle continentale. En dehors de quelques autres Chefs, l’initiative quoique alléchante pour les économies africaines, peine à mobiliser. L’on se demande pourquoi il tient à une annulation de la dette. Économiquement parlant, ce sera une très grande bouffée d’oxygène pour nos finances publiques déjà plombées par un encours de la dette chiffré à 8076 milliards. Une situation résultant des choix politiques hasardeux et moins inspirés du Chef.  Politiquement parlant, un succès dans le combat pour l’annulation de la dette aiderait peut-être à mettre les compteurs politiques à zéro et nourrir un nouvel élan. Une renaissance aux yeux de l’opinion. Qui doute de la puissance de la communication ?

Reste maintenant à préciser les dettes qui seront annulées et les conditions de cette annulation. Oui, il y’a toujours une ou des conditions. J’espère qu’elles seront moins amères que l’épisode que nous a offert le beauf et son «Gangort» cette semaine. Le «Goro» doit savoir que les efforts sur le front international risquent d’être sapés par 69 milliards de suspicions autour de la distribution du «ndimbeul». « Naay léér, Chef Keppar beugoul lëndëm ». On le croit bien si on regarde le comité de suivi qui a été décrété et son Général nommé. C’est décidé, Chef de Keppar ne veut pas de Kebab et de Bennes à ordure dans le moulin. Il veut que tout marche well et que les Kepparois sentent un Chef à leur côté. Cela peut aider dans le futur agenda politique d’après-corona. Qui sait ?

Par contre, ce que nous savons c’est que le PSE va désormais prendre en compte les véritables priorités de notre Keppar dont les infrastructures sanitaires. La révélation a été faite par le très «hot» Ministre de l’économie. Ce qui nous fait remarquer que dans les PAPs (programmes d’actions prioritaires) du PSE, l’éducation et la santé n’ont jamais été prioritaires. Bizarre !

Au coronavirus, nous devons des remerciements pour avoir aidé, en si peu de temps, à ouvrir, espérons-le, les yeux de nos dirigeants.  A coup sûr, il y’aura un après-corona. Qu’est-ce qui changera ? A nous de le définir.

Excellente semaine Kepparois !

 

CitizenLY

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *