Contribution par Guy Marius Sagna: «Toujours en quête de la « vérité blanche », nous pensons depuis toujours que Tarzan est nécessairement blanc».

Même en pharmacie, se vérifie le propos de John Henry Clarke. « La chose la plus cruelle que l’esclavage et la colonisation aient fait aux africains a été de détruire la mémoire de ce qu’ils étaient avant le contact avec l’étranger ». Certains africains pensent comme si c’est l’occident qui nous a fait entrer dans la médecine et la pharmacie. Pour eux, pharmacie et médecine riment avec Occident. C’est le sommet de l’aliénation quand le colonisé pense que « la vérité sonne blanche » et l’on comprend donc plus aisément comment « l’impérialisme culturel est la vis de sécurité de l’impérialisme économique » (Cheikh Anta Diop).

Toujours en quête de la « vérité blanche », nous pensons depuis toujours que Tarzan est nécessairement blanc. Et malheureusement, les rapports incestueux entre les Macky Sall, Ouattara, IBK, Talon, Bongo, Eyadema…et le FMI et la Banque Mondiale, l’OMC, la France impériale, la CPI, l’UE, Africom…n’ont ni décolonisé ni déconstruit cette pensée. Oui, c’est le blanc qui va nous sauver alors il faut donner nos entreprises nationales à Orange ou Suez, il faut donner à Auchan et Carrefour nos marchés, il faut aller à Total ou Shell…



Le mal est tellement profond qu’il faut que Macron nous organise en G5 Sahel pour que nous pays africains faisions face ensemble au terrorisme. Certains pays comme le Sénégal pleurnichant même leur absence à coup régulier de « et moi Missiè ? ». Il faut que Macron vienne faire ses propositions sur le CFA ! « Entre les colonisés, le colon s’est arrangé pour être l’éternel médiateur. Il est là, toujours là. Même absent, il est là, jusque dans les conciliabules les plus secrets » disait Sartre.

Le Covid-19 est une maladie qui nous montre également les maladies de l’Afrique. Parmi celles-ci la soumission, la docilité, l’obéissance de nos élu.e.s au néocolonialisme. Certains élu.e.s africain.e.s étant plus dociles que d’autres. Rappelons-nous que pendant la colonisation, à Madagascar, on se moquait en disant « Senegaly nahaza baika ». Comprenons « comme un sénégalais obéissant aux ordres ».

A nous, particulièrement à la jeunesse du continent, de nous arranger pour sortir l’impérialisme de nos affaires. Et cela ne se fera pas à coup de « je salue les efforts de Madagascar (…) que le Sénégal suit avec intérêt ». Dans ce combat gigantesque contre notre oppression par nos classes sociales oppresseurs coalisées avec les classes sociales oppresseurs des pays occidentaux, nous n’attendons ni déclaration ni réformette. Ce qui est attendu des Africains c’est une transformation anti-impérialiste, panafricaine, anti-libérale, anti-capitaliste de l’Afrique. Cela se fera en suivant la leçon de Madagascar.

La leçon de Madagascar est que nous devons désobéir pour sortir de la médecine néocoloniale fille de la médecine coloniale (discipline « scientifique » à la fin du 19e siècle). Nous devons désobéir pour sortir de l’économie, de la monnaie, de l’école…néocoloniales.

Refusons d’écouter les anglais. Faisons comme les anglais. Voilà le secret des États-Unis qui après avoir arraché l’indépendance ont refusé d’être sous domination anglaise. C’est cela le secret de la Chine et des autres pays asiatiques. C’est ce que tentent des pays comme le Venezuela, la Bolivie sous Evo, l’Équateur sous Corréa…

A nous, Sénégalais.e.s, de nous arranger afin de transformer en réalité le propos de Baye Niasse : « l’ère du gouvernement par des étrangers est à jamais révolue. Donc, l’Afrique aux Africains ! ».

Comment parler de Baye Niasse sans nous souvenir que nous sommes en pleine période de Ramadan musulman ?

Ramadan Mubarack à toutes et à tous !
Qu’Allah exauce toutes les prières.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *