Contribution aux débats de l’heure:Pourquoi le Sénégal, contrairement à beaucoup de pays africains…?(Par Ibrahima Diémé)

Contribution aux débats de l’heure:

Pourquoi le Sénégal, contrairement à beaucoup de pays africains, surtout de l’Afrique de l’ouest, a connu une stabilité politique historique exceptionnelle ?

À cette question qui aurait mérité l’appréciation d’un spécialiste qui serait plus objectif et plus aguerri que moi, je voudrais bien donner mon point de vue.

Certains compatriotes, se penchant sur cette question, ont le sentiment que la réponse se trouverait dans la bonne et solide formation que recevaient et reçoivent toujours nos officiers de l’armée qui nous ont épargné de gicler le sang du peuple dans la course effrénée au pouvoir comme c’était le cas dans certains pays africains. En effet, ceux qui voient les choses de cette façon n’ont pas en vérité tort de traiter le problème posé sous cet angle. Il est de notoriété publique que l’armée sénégalaise a un bel aura d’armée républicaine, citoyenne. Elle le doit à la bonne et rigoureuse formation de ses officiers qui sont connus pour leur exemplarité dans l’incarnation de certaines valeurs hautement civiques et surtout dans l’exécution de ses missions partout dans le monde avec un professionnalisme connu de tous.

En revanche, ces valeurs distinctives de nos officiers, qui sont au commandement dans l’armée, ne saurait suffire, à mon avis, comme argument plausible expliquant la stabilité politique historique du Sénégal. Au-delà de la bonne formation que reçoivent nos officiers à la bonne école, il faut ajouter un fait historique intangible qui, selon moi, rend compte de la particularité historique en matière de stabilité politique de notre pays.

Nos différents Présidents qui se sont succédé au pouvoir, à l’exception du Président Wade, ont toujours été des valets de la France. Le premier c’est évidemment Senghor qui a maintenu le Sénégal dans la colonisation française depuis le vote référendaire de 1958 ayant donné aux États africains le choix d’assumer librement leur destin sans compter sur le soutien ou l’aide de la France. Le Sénégal du Président Senghor a préféré se maintenir dans la colonisation française en votant OUI au référendum de 1958. Malgré une majorité sénégalaise favorable au NON, Senghor a pesé de tout son poids pour faire capituler tous les leaders politiques de l’époque ayant engagé le combat pour une indépendance totale du Sénégal vis-à-vis de la France.

Abdou Diouf a aussi suivi Senghor dans la même direction en maintenant le Sénégal dans la colonisation française. Toute sa politique était basée sur le mimétisme servile de la France. Abdoulaye Wade a été un Président stratagème.Tout en faisant mine d’être avec les Français, il les a grugés en s’éloignant peu à peu d’eux pour échapper à leur main mise afin de pouvoir nouer des relations bilatérales plus bénéfiques avec d’autres États asiatiques à l’instar de la Chine et du Japon.

Mais, aujourd’hui avec le Président Macky SALL, ce n’est plus qu’un secret de polichinelle. Il assume publiquement et sans gêne son statut de valet de la France. Les derniers développements de l’actualité au Sénégal, surtout au sujet de la pandémie du Coronavirus, en disent long sur ses relations diplomatiques assumées avec la France néocolonialiste d’Émamanuel Macron. Comme une simple marionnette à qui il faut tirer la ficelle pour l’obliger à agir, il applique à la lettre toutes les décisions qui nous viennent de Macron. Récemment, nous l’avons tous entendu répéter, lors de sa première et toute dernière adresse à la Nation, presque mot à mot les mêmes phrases du Président français : « On est en guerre contre la maladie…Il faut apprendre à vivre avec le virus ». Le Président Macky SALL choisit d’alléger les mesures au moment où les autorités sanitaires demandent leur respect strict parce que tout simplement en France Emmanuel Macron a décidé de mettre fin au confinement.

Voilà comment fonctionne le Sénégal depuis son accession à l’indépendance. Les rares leaders sénégalais qui s’étaient opposés à la main mise de la France en Afrique, comme au Sénégal, ont été tous combattus, assassinés ou rendus incompris à leur peuple. C’est le cas de Mamadou Dia au Sénégal, de Thomas Sankara au Burkina Fasso, de Patrice Lumumba au Congo, ex Zaire, etc.

Au Sénégal, nous avons toujours eu des valets de la France comme Présidents qui ont toujours trahi la confiance de leur peuple en se liguant contre leur ennemi. Il faut défendre les intérêts de la France pour espérer rester longtemps au pouvoir ou accepter de mourir en martyr en défendant les intérêts de son peuple. C’est le sort connu par le Capitaine Thomas Sankara ou le patriote Patrice Lumumba et tant d’autres dirigeants africains.

À quand le cordon ombilical qui nous lie à la France sera-t-il sectionné pour asseoir des modèles de développement qui prendront enfin compte de nos réalités socio-économiques et de notre génie créateur ?

Ibrahima DIEME,

Chargé Communication de la Coordination Départementale de Pastef Bignona.

Partager

2 commentaires

  1. L’histoire politique du Sénégal révèle un rapprochement systématique avec la France, à l’exception de M. Wade qui a osé se démarquer. Merci du rappel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *