Chroniques Ramadan : la tyrannie du pain

De très tes longues queues pour acheter du pain et autres produits ! Aux boulangers de mettre en place des points de vente dans les quartiers pour y remédier et à l’Etat de les y obliger pour faire respecter les mesures barrières contre le COVID-19.

Pourquoi ne pas trouver des alternatives au pain comme le fondé ou autre bouillie, ou se limiter à rompre avec des dattes ou autre chose et prendre le repas tout de suite après la prière de timis ?

Pourquoi vouloir acheter du tout au prétexte d’un nodgou garni ou on se gave (dattes, pain, saucissons, jambon, etc) et on gaspille en flagrante contradiction avec l’esprit du jeûne qui invite à la frugalité et au refus de satisfaire le superflu auquel nous incite nos passions.

Il est rapporté que le prophète (saws) rompait juste avec des dattes ou à défaut avec quelques gorgées d’eau !

Pourquoi vouloir vaille que vaille rompre avec du pain chaud (qui est même déconseillé par les nutritionnistes) alors qu’il est possible d’en acheter et d’en conserver pour le lendemain ? Ce qui a l’avantage d’éviter d’aller faire la queue tous les jours. D’où nous vient cette idée reçue traduite dans « douma lek mbourou bou fanaan »

L’esprit du jeûne et le contexte de COVID-19 dans lequel est tombé le Ramadan 1441/2020 devraient nous aider à revoir notre rapport à la consommation, au temps qu’on consacre au manger et au boire, au gaspillage, etc.

wa Salam

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *