Appel à l’annulation de la dette publique des pays pauvres

Comment les pays africains lutteront-ils contre la pandémie? Avec quelles ressources? Comment permettre aux États de répondre aux besoins du moment, en réduisant, en tolérant ou tout simplement en annulant la dette qui pèse sur les budgets des pays les plus pauvres ?

La communauté Slow Food AfricaNA salue l’appel du Pape Francois qui demande l’annulation de la dette des pays les plus pauvres. Selon le document de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la contagion affecterait gravement les différents pays du continent noir, et pourrait coûter la vie à de nombreux Africains, entre 300 000 et 3 300 000 personnes. La commission des Nations Unies émet l’hypothèse que 2,3 millions à 22,5 millions de personnes pourraient avoir besoin d’une hospitalisation, et 500 000 à 4,4 millions de personnes pourraient avoir besoin de soins intensifs.

Même face à une politique généralisée d’endiguement et de distanciation sociale, la facture des soins de santé d’urgence pourrait atteindre 44 milliards de dollars. Le président Emmanuel Macron a saisit le Pape pour une conversation qui concernait également l’annulation de la dette des pays les plus pauvres: un souhait partagé par le Saint-Siège et Paris. Pendant trop longtemps, la vérité des justes a été bafouée, la parole du christ trahi et sa croix transformée en massue, obscurcissant son message. Alors que ce mot avait un sens de libération universelle.


Nous réalisons qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura pas de salut pour les opprimés du monde, surtout en ces temps orageux, Nous ne pouvons leur laisser l’autonomie, nous devons apporter des changements profonds, mettre en place des processus afin de jeter les bases de la construction d’actions politiques et sociales capables d’arracher notre destin à la domination et à l’exploitation qui laisse la faillite comme seule perspective.

Les règles de ce système capitaliste, matérialiste et inhumain doivent être modifiées; c’est un système qui laisse mourir les femmes, les enfants, les jeunes, les personnes âgées, les malades. Mourir sans dignité, mourir sans justice, tel est leur quotidien.

Par conséquent, la justice doit aujourd’hui sanctionner ces gens par l’annulation de ces dettes qui entravent l’organisation d’un véritable nouveau système de relations économiques internationales. Les Africains et de nombreux autres peuples ont contribué au développement de la civilisation humaine en payant souvent de leur sang. Le même sang qui a nourri les racines du capitalisme, sans ne rien recçevoir en retour, sauf l’état actuel de dépendance et de sous-développement. La vérité est que cette voie est la seule à suivre si vous ne voulez pas répéter les mêmes erreurs du passé.

Ndemba Dieng
Président communauté Slow food AfricaNA et Secrétaire à la communication Pastef NAPLES

Partager

Un commentaire

  1. Bravo Ndemba, sei un grande combattente, grande rispetto per l’africa e gli africani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *