Alerte générale: Juge Teliko, un magistrat en danger, la justice en sursis

Depuis quelques jours, le magistrat Souleymane Téliko, Président de Chambre à la Cour d’Appel de Thiès et Président du Syndicat Union des magistrats du Sénégal (UMS), subit harcèlements et intimidations de la part de Macky qui a lancé la machine infernale à broyer des fonctionnaires récalcitrants à ses désirs.

Le Président de l’UMS a été convoqué verbalement pour être entendu le mercredi 16 septembre 2020 par l’Inspection Générale de l’Administration de la Justice (IGAJ), saisie par le Ministre de la Justice pour des propos qu’il aurait tenus lors d’une interview parue dans la presse et selon lesquels les droits de Khalifa Sall avaient été violés lors de son procès.

Il lui est reproché, à travers ces propos, de « jeter le discrédit sur la justice ».

Après une audience tumultueuse, le ministre de la justice vient de saisir le Conseil de discipline pour sanctionner le Juge Téliko.

En réalité, depuis son élection à la tête de l’Ums, Téliko a engagé la magistrature dans la quête de son indépendance par rapport à la toute toute-puissance de l’Exécutif qui l’a réduite à un vassal politique et simple machine à broyer des opposants.

La meilleure illustration de ce volontarisme de Téliko, c’est sa décision courageuse d’ignorer royalement le décret de grâce illégalement octroyé par Macky au trafiquant de faux médicaments, Oury Diallo et qu’il a sévèrement fait condamner.

Ce crime de lèse-majesté n’est pas passé inaperçu. Profitant de simples propos selon lesquels les droits de la défense de Khalifa avaient été violés, propos par ailleurs issus de la Cour de justice de la Cedeao, Macky veut se débarrasser de tous les magistrats qui pourraient s’opposer à ses prochains méfaits électoraux.

Pour corroborer cette politique de la guillotine à venir, Malick Sall le ministre de la justice et véritable valet de Macky, s’est adjoint le relais médiatique de Madiambal Diagne qui estime, aussi bien Teliko qui est un politicien opposant, que le Juge Yaya Abdoul Dia qui a révélé les fraises de son chef de juridiction de la Cour d’Appel de Kaolack, méritent tous les deux d’être radiés de la magistrature. Selon lui, le maintien de ces 2 juges en fonction est une hérésie, car Sonko a été radié pour beaucoup moins que ça.

Devant notre indifférence générale, Macky Sall va instrumentaliser l’Igas, le Conseil de discipline et le Conseil supérieur de la magistrature qu’il préside, pour tenter de museler les magistrats et contenir cette aspiration forte à l’indépendance, portée

par la nouvelle génération de magistrats.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *