28e Sommet Afrique-France de Montpellier ou sommet replatrage

Une partie de l’intelligentsia politique Française a pris le devant pour repenser de nouvelles relations franco-africaines en détérioration dans beaucoup de pays africains. Le procédé est le même, on utilise toujours les Africains comme instrument pour occulter subtilement, leur appétence de reconquête du continent noir. C’est, tellement vrai que les questions soulevées par les participants au sommet ne reflètent pas le vécu quotidien des Africains, souvent confrontés à la brutalité et à la politique canonnière de la France. Les véritables mobiles de ce sommet restent, une fois encore, de piller nos innombrables ressources naturelles objet de convoitise de plusieurs puissances.

Le PRÉSIDENT Emmanuel Macron dit qu’il n’y a plus aucune réserve du franc CFA dans le trésor public français, ce n’est pas seulement ce qu’on demande à la France, elle doit se désengager totalement du CFA, c’est à dire ni impression ni garantie. C’est une monnaie Africaine, elle doit être entièrement gérée par les Africains. De toute façon si la France est soucieuse de l’Afrique, elle doit non seulement aider à freiner mais aussi à rapatrier cette importante masse d’argent qui traverse illicitement nos frontières pour atterrir dans l’UE plus particulièrement en France et en Suisse. Si la France veut nous aider comme elle le prétend, elle doit se conformer aux procédures de passation de marché qu’elle n’a jamais respecter en Afrique.

Si la France veut nous aider, elle doit investir en Afrique pour la transformation locale de nos matières premières. Nous pouvons citer tant d’autres.

Ce grand tapage médiatique que le Président Macron s’est livré n’est qu’une opération de séduction et un exercice pour contenir le sentiment anti-français très bouillonnant en Afrique, porté par une jeunesse très en colère.

Néanmoins, Soyons extrêmement prudent pour une nation, depuis des siècles, qui n’a fait que nous exploiter, soudainement change de paradigme dans le discours et la démarche.

Ce que Achille Bembé n’a pas dit, est que la France a bâti et continue à bâtir sa fortune et sa puissance sur le dos des Africains, ses anciennes colonies sont dans le dénuement total, précisément les plus pauvres du monde. « Les racines africaines de la France » n’est qu’un langage purement diplomatique, il n’est ni instructif ni historiquement concevable, la France n’a même pas une racinelle africaine. La France est à la fois chrétienne et athée, maintenant homosexuelle. Le PRÉSIDENT Macron et ses conseillers se sont aperçus que l’édifice s’est lézardé et qu’il faut le replâtrer. Ils vous ont commis à la tâche.

L’autre grand problème de l’Afrique ce sont ces Chefs d’États qui s’occupent en priorité de leurs opposants que des questions de développement, et c’est sans scrupule qu’ils bradent les ressources naturelles de leur peuple. Ils ne comprennent pas qu’ils contrôlent soixante pour cent des réserves mondiales de ces dernières par conséquent un puissant moyen de pression (c’est l’Afrique qui fait tourner en grande partie les industries du monde).

De surcroît ils sont animés d’un complexe d’infériorité vis à vis des autorités françaises, les Présidents Français sont toujours accueillis à grande pompe et ils nous ont toujours payé en monnaie de singe. Le PRÉSIDENT Macky Sall, en visite officielle en France a été accueilli à l’aéroport par la quatorzième personnalité du protocole du PRÉSIDENT François Hollande, ensuite se faire tordre le bras pour sauver TOTAL de la faillite. Ils doivent nous respecter, c’est nous, contrairement à ce qu’ils pensent, qui créons l’emploi et assurons la stabilité sociale chez eux.

Il est pratiquement impossible de nous libérer politiquement et économiquement de la France à partir de tels Sommets, il faut une politique africaine concertée pour la France. Cette politique doit être pragmatique et porté par une nouvelle génération d’hommes et de femmes mentalement libres dont le seul souci est d’assurer le bien-être aux peuples africains. Au Sénégal, nos espoirs se fondent sur le PASTEF et son leader charismatique le Président Ousmane Sonko

Bien entendu une Afrique libre et prospère aura pour corolaire l’effondrement de la puissance et de la grandeur de la France. Cette nation n’a jamais pu se passer de ses anciennes colonies, elle les a outrancièrement exploitées jusqu’à nos jours.

Laurent Bagbo a été renversé, au profit d’un obéissant Alassane Dramane Ouattara, pour avoir voulu remettre en question le franc CFA. Kadafi a été tué dans sa tentative de créer une monnaie Africaine et un Fonds Monétaire Africain, ce projet menacé l’existence du CFA.

Pour évoquer un peu les évènements de Mars 2021 au Sénégal, Emmanuel Macron avait menacé d’intervenir pour protéger les intérêts Français dit-il, mais en réalité c’était pour secourir un régime favorable à la France en détresse.

Ensuite, le Président Emmanuel Macron a beaucoup articulé ses interventions sur les mots comme reconnaissance, sincérité, vérité, pour terminer par un dorlotement aux jeunes : l’africanité de la France. Aujourd’hui nous assistons plutôt à une francité de l’Afrique, il faut le reconnaître nous sommes un modèle achevé de colonisé. Nos mœurs, nos coutumes et même notre culture sont dépravées, ce qui se passe dans les réseaux sociaux est une preuve ahurissante. L’homosexualité, que les puissances étrangères tentent de nous imposer au nom d’une liberté d’orientation sexuelle, est le plus grand crime de l’humanité du nouveau millénaire. Acceptons tout simplement que c’est une maladie comme les autres, et il faut chercher et trouver son remède au lieu de la légaliser. Imaginer, quel sera l’avenir de l’humanité dans un monde à cent pour cent homosexuel ?

Boubacar Ba
Chargé de communication du conseil des Sages départemental PASTEF Bignona

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *