Université Assane Seck de Ziguinchor : Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

Plongée sans fin dans une crise sociale et administrative, l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) semble surtout ne plus fonctionner. La lente érosion du climat a conduit à une situation complexe dont il sera bien difficile de sortir si des décisions fortes ne sont pas prises.

Une vive tension se vit à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) depuis maintenant plusieurs semaines entre le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES), les étudiants et l’administration représenté par le Recteur Courfia Kéba DIAWARA.

Après plusieurs rencontres entre les parties prenantes du conflit portant sur le fonctionnement de l’université, les conditions de travail du personnel enseignant, la situation sociale des étudiants, les conditions d’orientation et d’accueil des nouveaux bacheliers, un terrain d’entente peine à être trouvé de façon acceptable permettant un apaisement de la situation.

Le SAES dénonce une certaine cacophonie sur l’orientation des nouveaux bacheliers à l’UASZ, l’indisponibilité des salles de cours promises et des emplois du temps des enseignants-chercheurs ne respectant pas les quantum horaires statutaires. Des chapiteaux sont toujours en construction et sont donc, pour l’instant, non fonctionnels.

Des problèmes de gestion sont aussi dénoncés par le syndicat, notamment l’absence de recrutement d’un Directeur Financier et Comptable en bonne et due forme. Suite à la démission du Spécialiste de Passation de Marchés (SPM) pour « refus de la compromission et des deals », les conditions de recrutement d’un nouveau SPM seraient d’une totale opacité.

Le SAES n’exclut pas de saisir les corps de contrôle comme l’OFNAC, l’IGE , la cour des comptes et l’ARMP à la suite des irrégularités constatées dans le travail du SPM, ses pratiques en matière de passation de marchés publics et ses relations exécrables avec toutes les composantes de l’UASZ.

Les étudiants de l’UASZ ne décolèrent pas face à l’administration de l’université. En assemblée générale ce mardi 10 mars 2020, ils maintiennent une grève illimitée jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications. Les départs du Recteur Courfia Kéba DIAWARA et du Directeur du Centre Régional des Œuvres Universitaires de Ziguinchor (CROUS) Mamadou DIOMBERA, sont désormais réclamés pour n’avoir été capables de résoudre leurs problèmes. Une manifestation dans les rues de Ziguinchor n’est pas exclue pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Abdou SONKO

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *