Tchisékédi/Kabila, le couple Macky_idylique!(Ansou Sambou)

 

Après le prolongement du mandat présidentiel de deux ans par refus d’organiser une élection présidentielle prévue en 2016, l’opposition congolaise fatiguée de batailler à perte en rang dispersé contre le président Joseph Kabila despotique, avait décidé de désigner un candidat unique sur consensus.
Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu, Martin Fayulu, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito et Jean Pierre Bemba étaient les principaux leaders de cette initiative.

Un congrès fût organisé à Genève sous supervision de la fondation Kofi Anane et le verdict sorti de ce conclave a été la désignation de Martin Fayoulou comme candidat unique de l’opposition dont le cumul des intentions de vote culminait désormais à 70% de l’électorat.
Un choix surprise, alors que les noms de Félix Tshisekedi et de Vital Kamérhé étaient souvent cités.

À cette annonce, il était clair que Joseph Kabila était cuit et n’avait aucune chance de gagner l’élection présidentielle à laquelle il était constitutionellement, juridiquement exclu et contraint de désigner un dauphin dans son propre Parti (le FCC).
Le lendemain de cette annonce de la candidature unique de l’opposition, Felix Tchisékédi et Vital Kamérhé vont annoncer qu’il comptent malgré tout, se présenter car leurs Partis respectifs ont rejeté cette candidature unique après concertation. Ils diront qu’ils ont suivi la voix de leurs militants.

Le jour du scrutin jusqu’à 21 heures, Martin Fayoulou était le vainqueur de cette présidentielle à un tour avec plus de 40% des voix. Mais contre toute attente, Tchisékédi annonça en conférence de presse sa victoire et la presse publique congolaise va aborder dans le même sens de même.

Le lendemain matin, toute une presse pro Kabila et favorable à Tchisékédi, va marteler la victoire de Tchisékédi et le soir de la même journée, la commission électorale va confirmer provisoirement ces résultats. Tchisékédi annoncera en ses termes: 《Kabila est un frère et désormais un partenaire mais pas un ennemi 》. Difficile d’avaler cette amère pilule quand on sait que Kabila avait fait emprisonné plusieurs fois le Papa de Tchisékédi, alors opposants radicale qui a croisé le fer avec Moboutou, Kabila Père puis Kabila fils.

Difficile de croire à la sincérité de cette annonce quand on sait que la dépouille du papa de félix a été bloquée en Belgique durant plus d’un an parceque Kabila ne voulait pas qu’on l’enterre au Congo et dans l’enceinte du siège de son Parti comme voulu par ses collaborateurs politiques et sa famille.

De là, nous étions convaincus que Kabila et son Parti (FCC) perdants, voulant sauver leurs peaux, ont signé un compromis, un deal politique pour voler la victoire à Fayoulou opposant radicale et la donner à Felix qui a juré de ne pas les poursuivre et leur garantir une immunité.
Pour couronner le tout, l’autre dissident de l’opposition, Kamérhé, sera nommé directeur de cabinet par le président Tchisékédi.

Mais durant plus de 2 mois, il n’ont pas pu s’entendre pour désigner un premier ministre puis former gouvernement puisque Kabila est majoritaire à l’assemblée et son approbation était obligatoire. Ce bicephalisme va coûter cher à Tchisékédi..

Parfum de trahison

Alors que Vital Kamérhé devrait naturellement devenir le candidat à la présidentielle de 2023 pour le compte la coalition CACH qu’il partage avec Tchisékédi, il va mordre au mauvais hameçon. Le compromis va rompre très vite en 2020.
Ironie du sort, Vital Kamérhé va être inculpé puis arrêté pour détournement de fonds publics dans le cadre du projet de logements sociaux dont il avait la charge de réaliser. Il va être condamné à 20 ans de prison.

Croyant avoir éliminé Kamérhé avec cette trahison, Tchisékédi désormais seul au milieu du clan Kabila, va vivre une angoisse inattendue. Il va d’ailleurs avouer qu’il a du mal à diriger, gouverner le pays.
Même dans la nomination des juges de la Cour constitutionnelle, il va faire face au refus du premier ministre et des députés du FCC. Ces derniers vont même s’absenter à la cérémonie d’intronisation des nouveaux juges de la Cour constitutionnelle.

Aujourd’hui, Tchisékédi après avoir doublement trahi l’opposition en désertant leur consensus qu’ilavait pourtant signé, puis en acceptant une victoire frauduleusement fabriquée par Kabila avec garanti d’immunité, va de devoir tout seul, faire face au clan Kabila.
La bataille va s’annoncer difficile du moment qu’il s’est débarrassé de Kamérhé en l’emprisonnant. Ce 7 Décembre 2020, la rupture de l’alliance Tchisékédi Kabila a été consommée et l’annonce a été faite par le président Tchisékédi dans un discours retransmis par la télévision nationale.

Aujourd’hui, Tchisékédi veut former une nouvelle majorité parlementaire ou dissoudre l’assemblée nationale en cas de difficultés. Cependant Kabila et son clan habitués des batailles politiques malsaines, ne lui rendront pas la tâche facile

L’alliance #Macky_idylique ne sera pas différente de ce qu’on a vu en RD Congo.
Froids comme des monstres, ils se feront la guerre entre-eux et finiront par s’anéantir mutuellement au grand bonheur du peuple sénégalais fatigué des complots politiques et des compromissions opportunistes qui ont fini de plomber le développement du Sénégal.

Ansou Sambou panafricain convaincu et militant politique

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *