Patriotisme sanitaire, rendons au Professeur Moussa Seydi ce qui lui appartient !

Tous les Sénégalais rendent hommage au professeur Raoul certes qui a le courage d’imposer aux lobbies pharmaceutiques la certitude scientifique de ses recherches, toute l’humanité devrait en être fière. Mais n’oublions pas aussi au Sénégal, avec un plateau hospitalier pauvre, le Sénégal dispose des hommes et des Femmes qui ont su être à la hauteur de la menace virale pour limiter les dégâts. Zéro décès du COVID19 pour l’instant que Dieu nous en préserve, zéro décès pour l’Ebola.

Merci au Professeur Moussa SEYDI du Service des Maladies infectieuses de l’hôpital Fann.

Au moment où de nombreux médecins ont préféré aller chercher fortune en Europe certains comme le Pr Seydi sont patriotes et préfèrent les conditions de travail difficiles au Sénégal.

La différence entre le professeur Raoul et le professeur Seydi est qu’en France le gouvernement investit sur la recherche alors qu’au Sénégal le gouvernement investit sur le parrainage des soirées, des cérémonies de folklore, sur des institutions « budgétivores », bref dans des futilités.

Le Sénégal a un hôpital pour 542 403 habitants, loin de la norme d’un hôpital pour 150 000 habitants. Je suis sûr que la charge de travail du Pr Seydi est supérieure à celle du Pr Raoul (je ne fais pas une opposition de ces deux sommités de la médecine), ce qui éloigne nos spécialistes à la recherche et les confine seulement aux soins.

Alors que si nous prenons le cas de Cuba pris comme une île pauvre, avait suffisamment à faire avec ses propres problèmes… Mais non, Cuba exporte sa médecine avec grand succès et il y a une raison historique à cela. Au moment de la Révolution cubaine, en 59, la moitié des 6 000 médecins quittent l’Ile pour fuir le castrisme. Immédiatement, Castro met en place un système de formation médicale, pour les remplacer. Cela fonctionne, et la médecine cubaine est vite réputée. C’est aussi une ressource pour l’Ile. Les médecins cubains s’exportent, et c’est le régime qui perçoit les salaires payés par les pays qui font appel à eux : une petite partie seulement est reversée aux médecins. L’essentiel finance un service médical gratuit pour tous, dans tout Cuba. Au fil des ans, l’exportation de la médecine est devenue la première ressource financière de l’Ile. Avec un médecin pour 148 000 habitants, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Cuba est le pays au monde le mieux pourvu dans ce secteur. Aujourd’hui les médecins Cubains sont au chevet de l’Italie mis à genoux par le COVID19.

Au moment où les autres Pays capitalistes d’Europe se barricadent et abandonnent l’Italie, Cuba a démontré face au monde entier qu’il est possible de compter sur la solidarité internationaliste des peuples qui dépasse les États et leurs frontières. Quand les USA, la France et les autres pays de l’OTAN exportent des bombent, Cuba exporte l’humanité de son système. Quand les manœuvres du système capitaliste qui, non seulement est incapable d’enrayer la pandémie mais veut se faire des profits sur le dos des malades à travers les firmes pharmaceutiques, 52 médecins cubains sont arrivés en Italie, posant fièrement à la sortie de leur avion. Voilà pourquoi ces pays capitalistes ne veulent pas de la chloroquine.

Pour combattre ce système capitaliste sauvage et l’exploitation des peuples, il faut se donner la main pour la solidarité entre les peuples opprimés par rapport à une situation imposée par les puissances dominantes, avoir une solidarité entre tous les peuples par rapport à un projet de dépassement du système dominant, avoir une solidarité dans les luttes et dans l’invention d’un nouvel internationalisme à l’ère de mondialisation.

Nous sommes très honorés du Soutien apporté au Pr Raoul par le Professeur Moussa Seydi en acceptant de prescrire la chloroquine à ses patients atteints du COVID19.

La faculté de médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar forme des médecins marocains alors que l’État sénégalais dépense des milliards pour des évacuations sanitaires au Maroc et ces patients sont soignés au Maroc par des médecins formés au Sénégal. Quel paradoxe ! C’est ce qu’on appelle avoir une poule et aller acheter des oeufs à la boutique.

Si nos dirigeants avaient une politique d’équipement, d’investissement dans la recherche en médecine, cela constituerait un investissement sûr pour l’économie par le biais du tourisme médical.
Ce n’est pas le Pr Raoul qui fera la médecine sénégalaise, même s’il a un lien affectif avec le Sénégal. Ne confondons pas la médecine et la maladie, le Pr Raoul fait avancer la médecine française mais peut guérir les malades Sénégalais et dans ce cas, la médecine sénégalaise n’est qu’une médecine de soin et non de découverte !

Vive la souveraineté médicale !
Domi Reew moy Tabax reew !

Alioune Badara Mboup Délégué général Adjoint FRAPP France Dégage

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *