Parcours zigzaguant et atypique d’un rescapé du système éducatif formel

Partout où un homme a marqué les sciences de son empreinte, il a d’abord construit sa carrière à partir d’échecs répétés et s’est révélé tard aux gens.

Raoult, notre Einstein de la médecine du 21ème siècle…
Comme Einstein, le redoublant et l’exclu du lycée, Raoult fera un va et vient à l’école.

Né en 1952 à Dakar avant de s’installer à Marseille avec son père, Didier Raoult a d’abord #interrompu ses #études en #classe de #seconde pour aller travailler comme ouvrier dans une usine.
En 1972, il va se présenter à l’examen du #baccalauréat #littéraire qu’il réussit en tant que #candidat #libre.
Il effectue des #études de #médecine, les seules que son papa avait acceptées de financer.
Il obtient son doctorat en médecine et se fait connaître par sa découverte du virus #spoutnik, agent de la pneumonie.
Il enchaîne avec la découverte de la #Rickettsie, bactérie intracellulaire responsable du #typhus. Il en devint le spécialiste mondial.
Il dirigera l’Institut de recherche en maladies infectieuses tropicales émergentes (#IRMITE) à Marseille et à Dakar entre 2008 et 2017. Période durant laquelle il découvre avec son équipe des dizaines d’espèces de bactéries pathogènes.
En 2010 déjà, il recevait le Prix de l’INSERM (institut national de la santé et de la recherche médicale).

Il fonda dans les années 2012 l’Institut hospitalier universitaire (IHU) de Marseille.
En vertu de son expertise et de ses opinions sur le corona virus, il est intégré à partir du 11 Mars 2020, au conseil scientifique covid19 chargé d’éclairer les décisions du gouvernement français sur la pandémie du corona virus.

Raoult est aujourd’hui une star mondiale dans son domaine avec plus de deux milles (2000) publications scientifiques dans les plus grandes revues scientifiques du monde.

Son attitude et son refus de s’accommoder aux lobbys et à l’administration oligarchique, ont fait de lui un répugnant professeur médecin dont les industriels pharmaceutiques ne veulent plus et qu’ils cherchent coûte que coûte à museler. Trop tard ! car il connaît suffisamment le système pour y mener sa révolution. Telle une bactérie antibioresistante, Raoult a organisé sa résistance face à l’oligarchie administrative.
Il a travaillé au ministère quelques années avant de le quitter pour toujours ses positions principielles en déphasage avec le « establishment ».
Il disait en 2012 que : « (…) l’activité essentielle du ministère c’est de lire le journal et de regarder la télévision…j’ai compris alors que l’information ne passe pas du tout par les experts mais la télévision et les journaux.» L’ayant compris, il a commencé à publier des contribution dans les journaux quotidiens et hebdomadaires et ça y est! On le connaît et il deviendra vite une star !

Cette notion de modestie et de l’ignorance qu’il faut intégrer dans la connaissance est une donne essentielle que seuls les chercheurs qui sont entrain de trouver encore de nouvelles choses peuvent accepter. Sinon les autres, suffisants qu’ils sont, vont tout ranger derrière eux et bloquer toute voie de l’innovation.

Didier le disait : «il faut laisser la porte ouverte, il y’a plein de trous dans la connaissance, parlant ainsi de ceux qui cherchent toujours à bloquer les nouvelles trouvailles et à les décrédibiliser.

Cet homme est un courageux chercheur anti conformiste qui a cette forte intuition qui a caractérisé Albert Einstein, Blaise Pascal, Louis Pasteur, Alexis Carel, Alexandre Flemming et Alfred Wegener.

Blague : Bravo à ce brillant #diola élevé par les lébous. Qu’aucun diobéne et ndiayéne vienne revendiquer une quelconque parentée avec notre héros !😂

Ansou SAMBOU, panafricain
convaincu et militant politique

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *